Stuart Chase

Stuart Chase


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Stuart Chase est né à Somersworth, New Hampshire, le 8 mars 1888. Il a fréquenté brièvement le Massachusetts Institute of Technology, puis l'Université de Harvard, où il a obtenu son diplôme en 1910. Il est allé travailler avec son père mais en octobre 1911, il a écrit dans son journal : " Les routes, les ruelles et les chemins qui partent de ce portail ouvert sont nombreux. Je regarde en arrière et vois la voie droite et calme qui m'a conduit ici. la lumière. Maintenant, je dois choisir mon propre chemin… parmi les nombreux et le suivre en toute foi et confiance jusqu'à ce que l'expérience m'invite à en chercher un autre. Le monde se détourne toujours pour laisser passer celui qui sait où il va.

En 1917, Chase rejoint la Federal Trade Commission. Selon son biographe : « Là, il travaillait pour que les entreprises respectent ses propres normes élevées. Lorsque son étude sur l'industrie de l'emballage de viande a révélé des irrégularités dans la comptabilité des entreprises, les républicains du Congrès (y compris le sénateur et futur président Warren G. Harding) ont réussi à faire pression sur la commission pour qu'elle licencie. lui en 1920."

Chase avait été influencé par les écrits de G.D.H. Cole et les premiers Fabiens. D'autres influences comprenaient Henry George et Thorstein Veblen. En 1925, il publie La tragédie du gaspillage, un livre qui traite de manière critique des systèmes industriels modernes et de la publicité d'entreprise. En 1927, Chase visita l'Union soviétique. Bien qu'il ne soit pas marxiste, il approuve l'économie planifiée : « Les Russes, en temps de paix, ont répondu à la question de savoir à quoi sert un système économique ». Il a également fait remarquer : « La démocratie, comme on l'a dit du christianisme, n'a jamais vraiment été mise à l'épreuve.

En 1927, Chase publie La valeur de votre argent, écrit avec un autre pionnier de la défense des consommateurs F. J. Schlink. En 1929, les deux hommes ont fondé Consumers Research, une organisation à but non lucratif de défense des consommateurs, précurseur de Consumers Union et de sa publication. Les rapports des consommateurs. Chase a travaillé dur pour ce qu'il a appelé « l'alphabétisation des consommateurs » en réponse « à la confusion des consommateurs assaillie par des médias de plus en plus bruyants ».

Chase a rencontré Franklin D. Roosevelt, le gouverneur de New York, en 1931, où il a expliqué ses vues économiques. Chase a écrit un article pour La Nouvelle République, intitulé A New Deal for America: The Road to Revolution , publié le 6 juillet 1932, où il affirmait que la crise économique ne pouvait être résolue que par une planification nationale. Il terminait l'article par les mots : « Pourquoi les Russes devraient-ils s'amuser à refaire un monde ?

Cet article a influencé le sénateur Hugo Black de l'Alabama et en décembre 1932, il a présenté un projet de loi interdisant le commerce interétatique des articles produits dans des usines dans lesquelles les employés travaillaient plus de cinq jours par semaine ou six heures par jour. Black a affirmé que sa proposition créerait six millions d'emplois. William Green, président de la Fédération américaine du travail, a affirmé que la mesure des Noirs frappait "à la racine du problème - le chômage technologique" et menaçait une grève nationale en faveur de la semaine de 30 heures.

Franklin D. Roosevelt a battu Herbert Hoover aux élections présidentielles de 1932. Le 9 mars 1933, le président Roosevelt convoqua une session spéciale du Congrès. Il a déclaré aux membres que le chômage ne pouvait être résolu que "par un recrutement direct par le gouvernement lui-même". Pendant les trois mois suivants, Roosevelt a proposé, et le Congrès a adopté, une série de projets de loi importants qui tentaient de régler le problème du chômage. La session spéciale du Congrès est devenue connue sous le nom de Cent jours et a servi de base au New Deal de Roosevelt. Il a été avancé que Chase a obtenu le terme "New Deal".

Bien qu'il n'ait jamais été membre du Roosevelt's Brains Trust, Chase était l'un des conseillers économiques de Roosevelt. En 1937, Roosevelt a dit au père de Chase que son fils « enseignait plus au peuple américain l'économie que tous les autres réunis ». On prétend que Chase a dit: "Le bon sens est ce qui nous dit que le monde est plat." Il a ajouté : "Pour ceux qui croient, aucune preuve n'est nécessaire. Pour ceux qui ne croient pas, aucune preuve n'est possible."

Dans La tyrannie des mots (1938) Chase a dit : « Il y a deux monstres horribles qui se profilent le long des côtes, aux pattes écailleuses tendues : le fascisme et le communisme. Démocratie. Va-t-il les repousser ? Nous nous tordons les mains en supplication, tout en avertissant les jeunes que les gouvernements, en particulier les gouvernements démocratiques, sont incapables d'action sensée. De l'Atlantique au Pacifique, une forme énorme et corpulente intitulée Business poursuit une confiance mince et insaisissable, avec un singulier manque de succès. Le petit fantôme tremblant au coin du Massachusetts, enfermé dans un tonneau, est le contribuable. La liberté, dans des draperies diaphanes, saute de nuage en nuage, belle et inaccessible.

En 1939, Chase publie Le nouveau front occidental, où il a fait valoir que Roosevelt devrait résister aux tentatives de s'impliquer dans la Seconde Guerre mondiale. Au lieu de cela, il pensait que Roosevelt devrait se concentrer sur le développement d'un meilleur système politique aux États-Unis. Il a souligné : « La démocratie, comme on l'a dit du christianisme, n'a jamais vraiment été mise à l'épreuve.

En 1942, Stuart Chase publie son livre La route que nous parcourons, où il mettait en avant ses idées économiques. Cela comprenait : (1) Un gouvernement fort et centralisé. (2) Exécutif puissant aux dépens du Congrès et du Judiciaire. (3) Banque, crédit et bourse de valeurs contrôlées par le gouvernement. (4) Contrôle du gouvernement sur l'emploi. (5) Assurance-chômage, pensions de vieillesse. (6) Programmes universels de soins médicaux, d'alimentation et de logement. (7) Accès à des emprunts publics illimités. (8) Un système monétaire géré par le gouvernement. (9) Le contrôle du gouvernement sur tout le commerce extérieur. (10) Contrôle du gouvernement sur les sources d'énergie naturelles, les transports et la production agricole. (11) Réglementation gouvernementale du travail. (12) Camps de jeunes consacrés à la discipline sanitaire, au service communautaire et à l'enseignement idéologique conforme à ceux des autorités. (13) Une fiscalité progressive lourde et des impôts cachés sur la richesse des nations.

Le biographe de Chase a fait valoir : « Un fervent partisan de l'éducation des adultes et de l'apprentissage tout au long de la vie, qu'il considérait comme essentiels à la démocratie participative, Chase était un défenseur remarquable de l'aptitude du citoyen ordinaire à comprendre les questions civiques vitales. À travers sept décennies et 49 États, il a hypnotisé la conférence. au public avec des idées d'une simplicité désarmante et inspirante sur les problèmes sociaux qui étaient sa passion."

Chase était un adversaire de la guerre froide. En mai 1961, il prononça un discours lors d'une conférence soviéto-américaine sur le désarmement et la paix, où il déclara : « En plus de la vision personnelle et de la vision nationale, nous devons nous accrocher à la vision du monde… Aujourd'hui, le citoyen ne peut que sauver sa maison. , et son pays, en aidant à sauver l'humanité.

Stuart Chase est décédé le 16 novembre 1985.

Les routes, les voies et les chemins qui partent de ce portail ouvert sont nombreux. Le monde se détourne toujours pour laisser passer celui qui sait où il va.

Les corporations ne remplissent qu'une cage dans une grande ménagerie. Jetons un coup d'œil à quelques-unes des autres créatures étranges créées en personnifiant des abstractions en Amérique. Ici, au centre, se trouve une vaste figure appelée la Nation - majestueuse et enveloppée dans le drapeau. Quand il lève sévèrement le bras, nous sommes prêts à mourir pour lui. Tout près derrière se dresse une forme sinistre, le gouvernement. Après lui se trouve une forme encore plus sinistre, la bureaucratie. Les deux sont ornés des serpents tordus de la paperasserie. Haut dans les cieux se trouve la Constitution, une sorte de calice comme le Saint Graal, baigné d'une lumière éthérée. Il ne doit jamais être jonglé. Au-dessous flotte la Cour suprême, un sacerdoce en robe noire qui s'occupe du feu éternel. La Cour suprême doit être abordée avec respect ou elle négligera l'incendie et la Constitution s'éteindra. C'est synonyme de fin du monde. Quelque part au-dessus des montagnes Rocheuses sont déposées les vastes tablettes de pierre de la Loi. Nous ne sommes pas gouvernés par des hommes mais par ces tablettes. Près d'eux, en culottes tachées et boucles d'argent, posent les silhouettes sévères de nos aïeux, contemplant sombrement la Nation qu'ils ont fait naître. Le démon en forme d'oignon qui se cache derrière la Constitution est la Propriété Privée. Plus haut que la Cour, le Drapeau ou la Loi, près du soleil lui-même et presque aussi brillant, est le Progrès, le Dieu ultime de l'Amérique.

Le long des côtes se profilent deux monstres horribles, aux pattes écailleuses tendues : le fascisme et le communisme. La liberté, en draperies diaphanes, saute de nuage en nuage, belle et inaccessible.

Voici les Masses, épaisses, noires et se tortillant. Ce démon doit être fermement assis sur; s'il se lève, il se passera des choses terribles... Le capital, les jupes au-dessus des genoux, s'apprête à quitter le pays au pied levé, mais n'en repart jamais. En rôdant de ville en ville, le Crime, une bête rouge et répugnante, sur laquelle la Loi essaie toujours de laisser tomber un monolithe, mais son objectif est médiocre. Crime continue rythmiquement à Rear Its Ugly Head. Voici la double forme du Travail - pour certains une main vaste, sale et serrée, pour d'autres un Galahad en armure. Les Trusts et les Utilities, des monstres gonflés et impurs avec d'énormes biceps, vont et viennent d'un pas impitoyable. Voici Wall Street, un dragon accroupi prêt à bondir sur des atouts qui n'ont déjà été cloués dans aucune autre partie du pays. Le Consommateur, une figure pathétique dans un châle gris, va au marché avec lassitude. Le capital et le travail lui donnent chacun un coup de pied sur son passage, tandis que la publicité commerciale, un esprit ludique, lui injecte du parfum dans les yeux.

De l'arrière, Sex est une créature immonde mais quand elle se retourne, elle devient follement séduisante. Voici la maison, une cheminée lumineuse dans la stratosphère. L'Homme Économique se promène de haut en bas, complètement sans vertèbres. Il est suivi par un démon traînant appelé la loi de l'offre et de la demande. La Production, un géant la foudre dans le poing, défile à contrecœur avec Distribution, une fille maigre et décharnée, en proie à des évanouissements. Au-dessus des océans, les écailles dorées d'une balance commerciale favorable brillent parfois au soleil. Quand les gens voient les paillettes, ils jettent leur chapeau en l'air. Cette colonne de fumée, haute de dix milles, en boucle comme un serpent, est le cycle économique. Ce gobelin cliquetant, tous engrenages et standards téléphoniques, est le Chômage Technologique. Les riches, en tenue de soirée, sont assis à une table de banquet chargée, qu'ils ne quitteront peut-être jamais, se gorgeant à jamais au milieu du cristal et de l'argent.


Hope Ranch, Californie

Espoir Ranch est une banlieue non constituée en société de Santa Barbara, en Californie, située dans le comté de Santa Barbara. Au recensement de 2000, la région comptait environ 2 200 habitants. Les codes postaux sont 93105 et 93110, et la communauté est dans l'indicatif régional 805.

Hope Ranch est une communauté haut de gamme située le long de la côte, immédiatement à l'ouest de Santa Barbara, en Californie. Il est situé entre Goleta et Santa Barbara. [1] Elle est considérée comme une communauté équestre. Hope Ranch abrite 27 miles de sentiers équestres et 10 pour cent des résidents sont propriétaires de chevaux. [2]


LA PROSPÉRITÉ

Les biens de consommation de masse comme les automobiles et les vêtements de prêt-à-porter n'étaient pas nouveaux dans les années 1920, pas plus que les catalogues de publicité ou de vente par correspondance. Mais quelque chose était nouveau dans la relation des Américains avec les produits manufacturés, et il s'accélérait plus vite qu'on ne pouvait le définir. Non seulement les derniers biens sont devenus des nécessités, consommation lui-même est devenu une nécessité, semblait-il. Est-ce que c'était bon pour l'Amérique ? Oui, a déclaré certains&mdashpeople peuvent vivre dans un confort et une sécurité matérielle sans précédent. Pas si vite, ont dit d'autres&mdash pouvons-nous prédire où le consumérisme nous mènera avant que nous ne soyons inextricablement ?

Commentaires recueillis. La publicité, l'achat à tempérament, le crédit à la consommation, l'attrait de produits de masse toujours meilleurs, ont-ils annoncé le triomphe ou la décadence de la civilisation américaine ? Illustré de nombreuses publicités, ce recueil échantillonne les opinions ardentes exprimées par les champions et critiques du « consumérisme » dans les années 1920. Quel était le cœur de leur désaccord ? Sont-ils d'accord sur des points centraux ? Comment leur discussion ressemble-t-elle au commentaire d'aujourd'hui sur le consumérisme ? Les sélections peuvent être réparties entre les étudiants pour la recherche et la discussion en classe. (16 pages)

Les cathédrales de la Cinquième Avenue, huile sur toile, 1931. Dans un style personnel unique parmi les modernistes américains, l'artiste Florine Stettheimer l'a créée Cathédrales série pour présenter, et faire une satire fantaisiste, la prééminence de la ville de New York dans le divertissement, le consumérisme, la finance et l'art. Les quatre grandes peintures&mdashach de cinq pieds par quatre pieds&mdashare flamboyant, plein d'esprit, sans vergogne occupé, et incontestablement accrocheur. Chacun se déploie à partir d'une arche centrale, « l'autel de la cathédrale », et est construit comme une « scénographie élaborée pour un numéro de production musicale de Broadway exagéré ». 1 dans Les cathédrales de la Cinquième Avenue, les « cathédrales » sont les temples séculaires du culte des consommateurs et les boutiques et restaurants exclusifs de la Cinquième Avenue, leurs noms et logos arborant le ciel comme des feux d'artifice. Au centre se trouve l'« autel » de la cathédrale, calqué sur l'entrée de la cathédrale catholique romaine Saint-Patrick, alors qu'un mariage mondain sort de l'église et pénètre dans le séduisant domaine laïque de la Cinquième Avenue. Quelle réponse à la peinture, et au consumérisme, pensez-vous que Stettheimer entendait ? Pourquoi la peinture est-elle amusante à regarder (et pourquoi est-il important de demander) ? Comparer Les cathédrales de la Cinquième Avenue avec Les cathédrales de Broadway dans ce recueil. (2 p.) MUSÉE MÉTROPOLITAIN D'ART/NHC

Humoristes sur l'art de la vente. "Pour le meilleur ou pour le pire", a écrit le militant des consommateurs Stuart Chase, "nous sommes entrés dans l'ère du vendeur. L'objectif final du vendeur est de le faire passer, de s'en tirer, de sécuriser la commande. La signature sur la ligne pointillée devient le Bien Suprême." 2 Dans de nombreux articles en prose percutante, Chase a mis en garde les Américains contre les ruses de la vente moderne. Et à leur manière unique, les humoristes aussi. Ici, nous lisons les chroniques de deux des humoristes les plus populaires des années 1920, l'esprit urbain Robert Benchley, sur « Comment vendre des marchandises » et le « philosophe cow-boy » Will Rogers dénonçant les slogans de la publicité et de la politique. (Voir Rogers sur l'achat de crédit et Chase sur « L'âge du vendeur » dans le commentaire recueilli.) Quels modes uniques de transmission d'un message l'humour offre-t-il ? Qu'est-ce qui constitue une utilisation réussie de l'humour dans une prose persuasive ? (4 pages)

Publicités de théâtre muet. Imaginez-vous installé dans un siège de cinéma et visionnant ces brèves publicités pour la farine, le nettoyant pour les mains et le réfrigérateur électrique avant le film principal. Comment les producteurs espéraient-ils motiver les téléspectateurs à acheter les produits ? Qu'ont-ils utilisé comme attrait visuel? Quelles informations ont-ils transmis ? Avez-vous utilisé l'humour ? Laquelle des trois annonces a eu le plus de succès, à votre avis ? Comment se comparent-ils à la publicité au cinéma aujourd'hui ? BIBLIOTHÈQUE DU CONGRÈS


Stuart Chase - Histoire

Projet d'histoire orale en mémoire de Redding
Collège John Read
Intervieweur : Andrew Casey

À partir du début du XXe siècle, à l'époque de Mark Twain et de Charles Ives, Redding est devenu un refuge pour un certain nombre d'écrivains et d'artistes créatifs à la recherche d'une vie plus calme, loin des pressions de la grande ville. Stuart Chase était un retardataire dans ce groupe. Écrivain de livres et d'articles, il a trouvé une grange rénovée, avec un verger de pommiers, un jardin et des champs ouverts, ce qui semblait idéal pour un écrivain. Lorsqu'en 1930, il se rendit au parc du village du Centre, avec ses ormes surplombants et sa charmante église blanche de la Nouvelle-Angleterre, il revint rapidement et acheta la grange rénovée. Redding était l'endroit où il voulait vivre, et avec sa femme Marian, une musicienne, a vécu pendant près de 50 ans. Redding est l'endroit où la plupart de ses idées ont germé et où la plupart de ses écrits ont été écrits. Des voyages, oui, pour donner des conférences à travers le pays (dans tous les États sauf le Mississippi) et des visites à Londres, Paris, la Russie, l'Égypte, le Mexique et les Caraïbes. Mais le vrai travail a été fait dans la grange rénovée.

Nous avons demandé à M. Chase s'il résumerait sa vision de la vie et comment cela pourrait s'appliquer à Redding. Il a dit qu'il se considérait comme un philosophe "généraliste". Un généraliste, a-t-il dit, est un observateur qui essaie de voir tous les angles principaux avant de tirer une conclusion. Ce n'est pas un homme à parti unique. Il s'intéresse particulièrement aujourd'hui à l'aménagement d'une communauté humaine, et à la conservation de ses ressources naturelles. Redding a un besoin urgent des deux si elle veut continuer à être une ville rurale agréable dans un cadre naturel magnifique.

Dans l'une de ses colonnes pour le Pilot, l'hebdomadaire local, M. Chase a écrit un article adressé aux enfants en général et aux enfants de Redding en particulier. Il a écrit : “Vous avez deux maisons : la maison où vous vivez ici à Redding, et la planète Terre sur la surface de laquelle vous marchez, dont vous respirez l'air, dont vous buvez l'eau, et qui fournit toute votre nourriture de ses champs, forêts et les eaux. Votre maison doit être aérée et propre, sinon vous pourriez tomber malade à cause de poisons et d'infections. « Votre planète, a-t-il poursuivi, qui est votre autre maison, doit également être maintenue en bonne santé, propre et habitable. Si cet effort échoue, nous tomberons tous malades avant trop longtemps. Actuellement (1978), sur une planète malsaine, aux ressources défaillantes, il y aura peu d'avenir pour vous, et certainement pas d'avenir pour vos enfants. Cela peut prendre plus de temps pour que cela se produise, mais il est aussi mauvais de salir votre planète que de salir votre salon. En effet, il peut être pire que vous puissiez sortir de votre salon en cas d'urgence, par exemple un incendie, mais vous ne pouvez pas quitter votre planète et espérer survivre longtemps. Combien de personnes un vaisseau spatial peut-il transporter ? Où peut-il atterrir et trouver le sol, l'eau et l'air adéquats ?

« Je dis que je suis un généraliste », a poursuivi Chase, « mais j'ai trois spécialités : l'économie, la communication et la comptabilité. Mon père voulait que je suive ses traces dans la profession comptable. J'ai réussi mes examens de CPA à Boston et j'ai pratiqué pendant une dizaine d'années, une partie du temps avec la Federal Trade Commission à Washington, D.C.

« J'ai découvert que la comptabilité n'était pas ma tasse de thé et je me suis davantage tourné vers l'écriture, en particulier sur les problèmes économiques et la conversation. Mon livre Rich Land, Poor Land a été loué par le président Roosevelt, et il a même été question qu'il écrive une introduction, ce qui ne s'est pas concrétisé. Je me suis également beaucoup intéressé au comportement des mots et j'ai écrit trois livres sur la sémantique, une spécialité qui traite du langage et du sens. En même temps, j'ai été préoccupé par l'état du monde en général, et ce que la technologie dure lui fait, et surtout ce que l'énergie atomique peut nous faire - non seulement en temps de guerre, mais aussi en paix.Où allons-nous mettre les déchets toxiques mortels produits dans les centrales nucléaires ? Voyez-vous, un généraliste se préoccupe de la condition de la vie humaine sur cette planète, au-delà de ses spécialités particulières. Nous avons besoin des sciences physiques, comme la chimie, les sciences sociales, comme l'économie et les sciences humaines, comme la philosophie et l'histoire, pour comprendre notre place dans l'univers. L'homme est devenu l'homo sapiens, la créature pensante, lorsqu'il a appris à parler, il y a des milliers d'années.

« Maintenant, nous, les humains, sommes dans une deuxième grande transformation, qui a commencé le 5 août 1945, le jour où Hiroshima au Japon a été anéantie par une bombe atomique. Qu'un généraliste soit un autre généraliste, le Dr Victor Weisskopf, professeur de physique au MIT : « Aujourd'hui, nous, les physiciens, avons trouvé un processus cosmique, un processus dans lequel des millions d'électrons-volts par atome sont échangés, plutôt que les quelques électrons-volts habituels. ici sur terre.’

Je crois que cela peut être aussi important pour l'humanité que le jour où nous avons appris à parler pour la première fois. C'est un processus "cosmique", comme ce qui se passe dans l'espace et à l'intérieur du soleil. Un généraliste doit être conscient de ces deux épisodes cosmiques de l'histoire de l'humanité, il espère que nous pourrons y faire face.

« Sur mon bureau se trouve une devise que m'a donnée mon ami Beardsley Ruml lorsqu'il habitait un peu plus loin. C'était un excellent généraliste. La devise se lit comme suit : "Les hommes raisonnables sont toujours d'accord s'ils comprennent de quoi ils parlent".

“La planification et la conservation sont des intérêts majeurs d'un généraliste à l'échelle mondiale. Comment s'appliquent-ils à une petite communauté? J'ai essayé de les appliquer ici à Redding pendant de nombreuses années, d'abord en tant que membre de la commission d'appel du zonage, puis en tant que secrétaire de la commission de planification, où j'ai servi pendant 20 ans. Des espaces ouverts pour garder la ville rurale et verte était un objectif majeur des commissions de planification, de zonage et de conservation, soutenues par les Selectmen et par le Conseil des finances. Lorsque leur politique a été introduite pour la première fois dans les années 1960, il y avait environ 1,3 hectare d'espaces ouverts appartenant à la ville, au Green. Maintenant, il y a plus de 3 000 acres de tous types d'espaces ouverts! La politique semble fonctionner.

« Je n'avais pas fait partie de la Commission d'urbanisme longtemps avant de découvrir la formule suivante : plus nous pouvons économiser d'espaces ouverts, plus nos impôts futurs seront bas et plus la ville sera agréable. Ma formation de CPA a contribué à donner à la formule une base solide.

“Cela fonctionne comme ceci : si une parcelle de 100 acres est achetée par la ville pour un espace ouvert, les contribuables doivent bien sûr payer pour cela (parfois avec l'aide de l'État et du gouvernement fédéral), ainsi que pour les installations de loisirs qui pourraient être mises en place. elle, comme les courts de tennis. Le revenu sera nul. Mais si les 100 acres sont achetés par un lotisseur et que 30 ou 40 maisons sont construites sur des lots de 2 acres, le coût pour les contribuables de la fourniture des routes, des pompiers, de la police et d'autres services, et surtout de l'éducation dans les écoles publiques pour les nouveaux enfants , revient généralement à un coût beaucoup plus élevé. En tant que CPA, je l'ai vérifié au cas par cas. Souvent, le coût pour les contribuables d'un développement de lotissement sur 100 acres est le double du coût d'achat du terrain comme espace ouvert. Le coût pour les contribuables n'est donc pas une charge mais l'inverse par rapport à l'ensemble des coûts d'un nouveau lotissement.

« La topographie physique de Redding est une autre raison convaincante de conserver des espaces ouverts plutôt que de développer des lotissements. La ville a trois collines escarpées - Little Boston, The Center, The Ridge - qui empêchent la construction de conduites d'eau et d'égouts économiques. Nous devons vivre de puits individuels et de fosses septiques. De plus, notre prépondérance de sols argileux fait même des fosses septiques un problème particulier (demandez à David Thompson du Service de conservation des sols des États-Unis).

“Une autre raison valable pour réserver un espace d'ouverture est que le Connecticut est le deuxième État de l'Union le plus touché par la pollution atmosphérique. Mon pluviomètre en verre soutient ce rapport gouvernemental en devenant noir en bas en environ deux mois de fonctionnement ! La pollution provient des opérations industrielles à NY et NJ, disent les attentes. la Commission des trois États a nommé Redding une sorte de refuge d'air frais. S'il peut rester ouvert, tout l'ouest du Connecticut en bénéficiera.

« Le réservoir de Saugatuck, qui se trouve en partie à Redding, fournit non seulement un espace ouvert à la ville sous forme d'eau, mais, plus important encore, nécessite beaucoup de terres non aménagées. Ses bassins versants doivent être dégagés et sous-développés si l'on veut fournir de l'eau pure à Bridgeport, Westport et d'autres villes. Juste pour garder les choses au clair, je dois admettre que je me suis opposé à la construction du réservoir Saugatuck en raison de l'élimination de certaines bonnes terres agricoles. C'était avant que nous ayons développé la formule de l'espace ouvert. Un généraliste vit et apprend comme tout le monde.

Pour ces raisons et d'autres, la commission de planification vise à ce qu'un quart de la ville de Redding, soit environ 5 000 acres, soit ouvert pour toujours. Ainsi, à Redding, nous avons en plein affichage deux des principaux objectifs d'une planification philosophique généraliste prudente, et la conservation des ressources naturelles. Cela a été un grand privilège pour moi de travailler avec mes concitoyens sur ces objectifs au fil des ans ici dans cette belle ville préservée de la Nouvelle-Angleterre. Que cela ne devienne jamais "Levittown-on-the-Saugatuck !"


Stuart Chase - Histoire

Projet d'histoire orale en mémoire de Redding
Collège John Read
Intervieweur : Andrew Casey

À partir du début du XXe siècle, à l'époque de Mark Twain et de Charles Ives, Redding est devenu un refuge pour un certain nombre d'écrivains et d'artistes créatifs à la recherche d'une vie plus calme, loin des pressions de la grande ville. Stuart Chase était un retardataire dans ce groupe. Écrivain de livres et d'articles, il a trouvé une grange rénovée, avec un verger de pommiers, un jardin et des champs ouverts, ce qui semblait idéal pour un écrivain. Lorsqu'en 1930, il se rendit au parc du village du Centre, avec ses ormes surplombants et sa charmante église blanche de la Nouvelle-Angleterre, il revint rapidement et acheta la grange rénovée. Redding était l'endroit où il voulait vivre, et avec sa femme Marian, une musicienne, a vécu pendant près de 50 ans. Redding est l'endroit où la plupart de ses idées ont germé et où la plupart de ses écrits ont été écrits. Des voyages, oui, pour donner des conférences à travers le pays (dans tous les États sauf le Mississippi) et des visites à Londres, Paris, la Russie, l'Égypte, le Mexique et les Caraïbes. Mais le vrai travail a été fait dans la grange rénovée.

Nous avons demandé à M. Chase s'il résumerait sa vision de la vie et comment cela pourrait s'appliquer à Redding. Il a dit qu'il se considérait comme un philosophe "généraliste". Un généraliste, a-t-il dit, est un observateur qui essaie de voir tous les angles principaux avant de tirer une conclusion. Ce n'est pas un homme à parti unique. Il s'intéresse particulièrement aujourd'hui à l'aménagement d'une communauté humaine, et à la conservation de ses ressources naturelles. Redding a un besoin urgent des deux si elle veut continuer à être une ville rurale agréable dans un cadre naturel magnifique.

Dans l'une de ses colonnes pour le Pilot, l'hebdomadaire local, M. Chase a écrit un article adressé aux enfants en général et aux enfants de Redding en particulier. Il a écrit : “Vous avez deux maisons : la maison où vous vivez ici à Redding, et la planète Terre sur la surface de laquelle vous marchez, dont vous respirez l'air, dont vous buvez l'eau, et qui fournit toute votre nourriture de ses champs, forêts et les eaux. Votre maison doit être aérée et propre, sinon vous pourriez tomber malade à cause de poisons et d'infections. « Votre planète, a-t-il poursuivi, qui est votre autre maison, doit également être maintenue en bonne santé, propre et habitable. Si cet effort échoue, nous tomberons tous malades avant trop longtemps. Actuellement (1978), sur une planète malsaine, aux ressources défaillantes, il y aura peu d'avenir pour vous, et certainement pas d'avenir pour vos enfants. Cela peut prendre plus de temps pour que cela se produise, mais il est aussi mauvais de salir votre planète que de salir votre salon. En effet, il peut être pire que vous puissiez sortir de votre salon en cas d'urgence, par exemple un incendie, mais vous ne pouvez pas quitter votre planète et espérer survivre longtemps. Combien de personnes un vaisseau spatial peut-il transporter ? Où peut-il atterrir et trouver le sol, l'eau et l'air adéquats ?

« Je dis que je suis un généraliste », a poursuivi Chase, « mais j'ai trois spécialités : l'économie, la communication et la comptabilité. Mon père voulait que je suive ses traces dans la profession comptable. J'ai réussi mes examens de CPA à Boston et j'ai pratiqué pendant une dizaine d'années, une partie du temps avec la Federal Trade Commission à Washington, D.C.

« J'ai découvert que la comptabilité n'était pas ma tasse de thé et je me suis davantage tourné vers l'écriture, en particulier sur les problèmes économiques et la conversation. Mon livre Rich Land, Poor Land a été loué par le président Roosevelt, et il a même été question qu'il écrive une introduction, ce qui ne s'est pas concrétisé. Je me suis également beaucoup intéressé au comportement des mots et j'ai écrit trois livres sur la sémantique, une spécialité qui traite du langage et du sens. En même temps, j'ai été préoccupé par l'état du monde en général, et ce que la technologie dure lui fait, et surtout ce que l'énergie atomique peut nous faire - non seulement en temps de guerre, mais aussi en paix. Où allons-nous mettre les déchets toxiques mortels produits dans les centrales nucléaires ? Voyez-vous, un généraliste se préoccupe de la condition de la vie humaine sur cette planète, au-delà de ses spécialités particulières. Nous avons besoin des sciences physiques, comme la chimie, les sciences sociales, comme l'économie et les sciences humaines, comme la philosophie et l'histoire, pour comprendre notre place dans l'univers. L'homme est devenu l'homo sapiens, la créature pensante, lorsqu'il a appris à parler, il y a des milliers d'années.

« Maintenant, nous, les humains, sommes dans une deuxième grande transformation, qui a commencé le 5 août 1945, le jour où Hiroshima au Japon a été anéantie par une bombe atomique. Qu'un généraliste soit un autre généraliste, le Dr Victor Weisskopf, professeur de physique au MIT : « Aujourd'hui, nous, les physiciens, avons trouvé un processus cosmique, un processus dans lequel des millions d'électrons-volts par atome sont échangés, plutôt que les quelques électrons-volts habituels. ici sur terre.’

Je crois que cela peut être aussi important pour l'humanité que le jour où nous avons appris à parler pour la première fois. C'est un processus "cosmique", comme ce qui se passe dans l'espace et à l'intérieur du soleil. Un généraliste doit être conscient de ces deux épisodes cosmiques de l'histoire de l'humanité, il espère que nous pourrons y faire face.

« Sur mon bureau se trouve une devise que m'a donnée mon ami Beardsley Ruml lorsqu'il habitait un peu plus loin. C'était un excellent généraliste. La devise se lit comme suit : "Les hommes raisonnables sont toujours d'accord s'ils comprennent de quoi ils parlent".

“La planification et la conservation sont des intérêts majeurs d'un généraliste à l'échelle mondiale. Comment s'appliquent-ils à une petite communauté? J'ai essayé de les appliquer ici à Redding pendant de nombreuses années, d'abord en tant que membre de la commission d'appel du zonage, puis en tant que secrétaire de la commission de planification, où j'ai servi pendant 20 ans. Des espaces ouverts pour garder la ville rurale et verte était un objectif majeur des commissions de planification, de zonage et de conservation, soutenues par les Selectmen et par le Conseil des finances. Lorsque leur politique a été introduite pour la première fois dans les années 1960, il y avait environ 1,3 hectare d'espaces ouverts appartenant à la ville, au Green. Maintenant, il y a plus de 3 000 acres de tous types d'espaces ouverts! La politique semble fonctionner.

« Je n'avais pas fait partie de la Commission d'urbanisme longtemps avant de découvrir la formule suivante : plus nous pouvons économiser d'espace, plus nos impôts futurs seront bas et plus la ville sera agréable. Ma formation de CPA a contribué à donner à la formule une base solide.

“Cela fonctionne comme ceci : si une parcelle de 100 acres est achetée par la ville pour un espace ouvert, les contribuables doivent bien sûr payer pour cela (parfois avec l'aide de l'État et du gouvernement fédéral), ainsi que pour les installations de loisirs qui pourraient être mises en place. elle, comme les courts de tennis. Le revenu sera nul. Mais si les 100 acres sont achetés par un lotisseur et que 30 ou 40 maisons sont construites sur des lots de 2 acres, le coût pour les contribuables de la fourniture des routes, des pompiers, de la police et d'autres services, et surtout de l'éducation dans les écoles publiques pour les nouveaux enfants , revient généralement à un coût beaucoup plus élevé. En tant que CPA, je l'ai vérifié au cas par cas. Souvent, le coût pour les contribuables d'un développement de lotissement sur 100 acres est le double du coût d'achat du terrain comme espace ouvert. Le coût pour les contribuables n'est donc pas une charge mais l'inverse, par rapport à l'ensemble des coûts d'un nouveau lotissement.

« La topographie physique de Redding est une autre raison convaincante de conserver des espaces ouverts plutôt que de développer des lotissements. La ville a trois collines escarpées - Little Boston, The Center, The Ridge - qui empêchent la construction de conduites d'eau et d'égouts économiques. Nous devons vivre de puits individuels et de fosses septiques. De plus, notre prépondérance de sols argileux fait même des fosses septiques un problème particulier (demandez à David Thompson du Service de conservation des sols des États-Unis).

“Une autre raison valable pour réserver un espace d'ouverture est que le Connecticut est le deuxième pire État de l'Union à souffrir de la pollution de l'air. Mon pluviomètre en verre soutient ce rapport gouvernemental en devenant noir en bas en environ deux mois de fonctionnement ! La pollution provient des opérations industrielles à NY et NJ, disent les attentes. la Commission des trois États a nommé Redding une sorte de refuge d'air frais. S'il peut rester ouvert, tout l'ouest du Connecticut en bénéficiera.

« Le réservoir de Saugatuck, qui se trouve en partie à Redding, offre non seulement un espace ouvert à la ville sous forme d'eau, mais, plus important encore, nécessite beaucoup de terres non aménagées. Ses bassins versants doivent être dégagés et sous-développés si l'on veut fournir de l'eau pure à Bridgeport, Westport et d'autres villes. Juste pour garder les choses au clair, je dois admettre que je me suis opposé à la construction du réservoir Saugatuck en raison de l'élimination de certaines bonnes terres agricoles. C'était avant que nous ayons développé la formule de l'espace ouvert. Un généraliste vit et apprend comme tout le monde.

Pour ces raisons et d'autres, la commission de planification vise à ce qu'un quart de la ville de Redding, soit environ 5 000 acres, soit ouvert pour toujours. Ainsi, à Redding, nous avons en plein affichage deux des principaux objectifs d'une planification philosophique généraliste prudente, et la conservation des ressources naturelles. Cela a été un grand privilège pour moi de travailler avec mes concitoyens sur ces objectifs au fil des ans ici dans cette belle ville préservée de la Nouvelle-Angleterre.


Stuart Chase - Histoire

Histoire d'Adams Chine :

Fondé en 1769, William Adams & Sons est l'un des plus anciens noms de l'industrie de la poterie du Staffordshire. Certaines sources décrivent William Adams comme l'élève préféré de Josiah Wedgwood, mais il est bien connu que dans les années 1780, Adams a commencé à produire des articles en jaspe pour rivaliser avec celui de Wedgwood. Aux XVIIIe et XIXe siècles, Adams était l'un des principaux fabricants de faïences, de crèmes de Parian et de jaspe. De nombreux motifs, tels que l'oiseau populaire de Singapour, montrent une influence orientale considérable avec leurs glaçures Calyx vert pâle recréant les glaçures céladon des anciennes dynasties chinoises. Adams Ironstone, avec son attrait intemporel, se caractérise par un joli style peint à la main qui met en valeur ses formes et ses couleurs. En 1966, la porcelaine Adams est devenue une partie du groupe Wedgewood et la vaisselle Adams continue de séduire les amateurs de porcelaine décontractée et raffinée.

Histoire de Coalport China :

La qualité et le savoir-faire sont les maîtres mots de Coalport depuis la fondation de l'entreprise au milieu du XVIIIe siècle. Ils ont valu à Coalport une réputation distinguée qui est respectée partout.

Aujourd'hui, un studio de designers hautement qualifiés produit des motifs et des modèles en céramique qui continuent de ravir tous ceux qui chérissent les normes les plus élevées. Ces artistes s'inspirent parfois d'idées dans les beaux et rares livres de modèles anciens de Coalport qui remontent au XVIIIe siècle. Le résultat est la continuité singulière des idées si chères aux admirateurs de Coalport.

Dans ces vieux livres se trouvent les dessins originaux de "Hong Kong", qui est aussi populaire aujourd'hui qu'il l'était il y a plus de 150 ans.

Dès 1801, les services de table de Coalport se vendaient à deux cents guinées (une somme équivalant à plusieurs milliers de livres aujourd'hui), et en 1841, la reine Victoria commanda à Coalport un grand service à dessert richement décoré qui fut présenté au tsar Nicolas Ier de Russie. Il fut exposé à l'Exposition Universelle de 1851 et fit sensation.

L'histoire de Coalport remonte à 1750 lorsque Squire Brown de Caughley Hall dans le Shropshire a commencé à produire des marchandises en utilisant l'argile et le charbon de son domaine. À sa mort, il fut remplacé par son neveu qui fut rejoint en 1772 par Thomas Turner, l'initiateur du motif Blue Willow en Angleterre et un éminent graveur.

L'entreprise a été vendue en 1799 à John Rose qui avait fondé une manufacture de céramique à Coalport, un village sur la rive de la rivière Severn. En 1820, il reçut la médaille d'or de la Royal Society of Arts pour une nouvelle porcelaine de feldspath avec glaçure sans plomb, une découverte qui lui a sauvé la vie ainsi qu'un coup de fouet aux affaires.

En 1926, Coalport a déménagé du Shropshire à Stoke-on-Trent, son domicile actuel, et en 1967, elle est devenue membre du groupe Wedgewood, depuis lors, elle a continué à prospérer.

Histoire de Denby Chine :

La Denby Pottery Company remonte à 1809. Elle tire son nom du village de Denby, situé dans la campagne du Derbyshire, en Angleterre. La découverte de l'argile lors de la construction d'une route à péage, en 1806, a conduit à la formation de l'entreprise. Les premiers produits de Denby étaient des bouteilles et des pots en grès émaillé au sel. Denby continue de fabriquer une large gamme de vaisselle et d'ustensiles de cuisine dans les années 1990. Bon nombre des méthodes d'artisanat originales utilisées par Denby au début, telles que la peinture à la main, le glaçage à la main et le tournage à la main, sont également toujours en place dans la fabrication de ses produits.

Histoire de Flintridge Chine :

Flintridge China Company a été fondée en 1946 à Pasadena, en Californie. Flintridge tire son nom de deux matériaux nécessaires à la fabrication de la porcelaine : "le silex" et le "kaolin". Flintridge China présentait à la fois un corps riche en ivoire translucide ainsi qu'une porcelaine blanche et translucide connue sous le nom de "Bon-Lite". De nombreux motifs Flintridge étaient proposés dans une variété de couleurs, avec plus d'une douzaine d'options de couleurs disponibles. En 1970, la division Gorham de Textron, Inc. a acquis Flintridge. L'achat a entraîné l'arrêt de la plupart des modèles de Flintridge au cours des dernières années. Quelques modèles Flintridge ont continué à être fabriqués par Gorham pendant de nombreuses années, y compris le populaire Black Contessa qui a été abandonné en 1994.

Histoire de la Chine franciscaine :

Afin d'expliquer l'évolution de la vaisselle en relief et peinte à la main de Franciscan, une brève chronologie de l'histoire de Gladding, McBean and Company avant 1940 est nécessaire.

En 1875, un gisement d'argile exceptionnel est découvert à Lincoln en Californie (Comté de Placer). Ce terrain a été acheté par Charles Gladding, Peter McBean et George Chambers qui ont formé Gladding, McBean and Company (GMcB), société mère de Franciscan Pottery.

En 1928, le Dr Andrew Malinovsky a développé un corps de feu à haute teneur en talc, en utilisant un flux amorphe non cristallin. Ce matériau céramique innovant a été breveté sous le nom de « Malinite » et devait être utilisé dans le corps en céramique des carreaux.

En 1932, des travaux expérimentaux avaient commencé à l'usine de Lincoln visant à produire une ligne de poterie utilisant le corps "Malinite". La vaisselle et les objets d'art devaient être fabriqués avec des glaçures de couleur unie.

En 1933, Frederick J. Grant, un ingénieur chimiste, suggère à M. Atholl McBean (fils de Peter McBean) que l'entreprise envisage la production de vaisselle si un local technique est disponible. M. Grant a ensuite été embauché en 1934, en tant que directeur du nouveau département de poterie GMcB à l'usine de Glendale. Des lignes complètes de poterie d'art, de vaisselle colorée et d'ustensiles de cuisine devaient être produites. En août, le premier tarif polycopié a été publié. Le nom commercial de Franciscan Pottery a été choisi pour la ligne afin d'honorer les padres qui ont aidé à s'installer en Californie.

En avril 1935, le premier catalogue contenant des photographies de la poterie franciscaine a été publié. À la fin de l'année, le département de poterie végétale de Glendale comptait 283 formes différentes en production régulière.

En 1939, l'usine prolifique de Glendale avait produit au moins quinze modèles de vaisselle et neuf lignes d'objets d'art. Les indications marketing suggèrent une nouvelle dimension de la vaisselle. L'entreprise s'est rapidement déplacée pour concevoir, produire et commercialiser une toute nouvelle gamme de vaisselle en relief et peinte à la main. Ce concept s'écartait complètement de tout ce qui avait été produit auparavant par GMcB Co.

Entre les années 1940 et 1983, de nombreux nouveaux motifs ont été introduits dans la poterie franciscaine. En 1962, Gladding, McBean and Company a fusionné avec Lock Joint Pipe Company en septembre. Le nom a été changé pour Interpace.

Puis, en 1979, Wedgwood Limited d'Angleterre a acheté l'intégralité de la propriété de 45 acres sur le boulevard Los Feliz à la périphérie de Glendale et a renommé l'installation Franciscan Ceramic, Inc. L'achat comprenait tous les modèles et équipements existants.

Enfin, en 1984, Wedgwood Limited d'Angleterre a supprimé tous les emplois, fermé l'usine de Glendale et transféré la production en Angleterre. Le site a ensuite été vendu et nivelé, mettant ainsi fin à 109 ans d'héritage de production de poterie californienne.

Franciscan China Gladding, McBean & Co., a commencé la production de vaisselle franciscaine en 1934 dans son usine de Glendale, en Californie. Gladding, McBean & Co. s'est formé en 1875 pour produire des tuiles d'égout pour l'Ouest américain alors en expansion. Au fil des ans, ils ont acquis plusieurs poteries régionales et élargi leurs gammes de produits à plusieurs reprises pour inclure des tuiles de toit, des tuiles d'art décoratif, de la poterie de jardin et de la poterie d'art.

À l'origine, la gamme de vaisselle était vendue sous le nom de Franciscan Pottery et comprenait de la faïence aux couleurs unies et brillantes dans le style décontracté de la poterie folklorique mexicaine. Cette vaisselle informelle était une note amicale et chaleureuse au milieu de la Grande Dépression et la sélection par l'entreprise du nom franciscain, une allusion aux moines franciscains, a été davantage intégrée à l'imagerie du sud-ouest. Les motifs franciscains des années 1930, avec des noms comme El Patio, Coronado et Montecito, ont amélioré le style décontracté californien et se sont bien vendus. Le nom a été modifié en Franciscan Ware à la fin des années 1930 pour permettre une image plus haut de gamme et plus large. Peu de temps après, la société a introduit des motifs en relief peints à la main qui ont connu un énorme succès. Deux d'entre eux, Franciscan Apple (1940) et Franciscan Desert Rose (1941) sont les seuls motifs franciscains produits en continu et restent en production aujourd'hui. Franciscan Desert Rose est devenu la vaisselle américaine la plus vendue de tous les temps. D'autres motifs peints à la main tels que Ivy, October et Fresh Fruit sont devenus très populaires à cette époque. L'un des motifs franciscains les plus recherchés et les plus difficiles à trouver pour les collectionneurs est Wildflower, un hommage peint à la main et de nombreuses couleurs à la flore de l'ouest américain. Il n'a pas été produit plus de trois ans.

L'entrée de Gladding, McBean & Co sur le marché de la vaisselle a été rendue possible en partie par l'arrivée de Frederic et Mary Grant. Frédéric était ingénieur céramiste et avait auparavant été président de la poterie Weller dans l'Ohio. Mary était une styliste à succès dont les créations ont guidé les deux premières décennies de production chez Franciscan. Un certain nombre d'autres artistes ont créé des dessins et modelés des formes, mais les Grant ont travaillé ensemble dans leur contrôle réussi des produits franciscains.

Certaines des meilleures influences des Grants peuvent être vues dans leur Metropolitan Museum of Art de la treizième exposition d'art industriel américain contemporain de New York en 1934. Deux objets conçus par les Grants sont apparus dans cette exposition en tant que produits Gladding, McBean : un grand gris satiné bol et un vase jaune citron. Dans la même exposition de 1940 "un bol et un plateau conçus par Mary K. Grant : fabriqués par Gladding, McBean & Co." a de nouveau été honoré. Cette reconnaissance pour le travail de Mary s'est poursuivie en 1951 lorsqu'une exposition intitulée Good Design par le Museum of Modern Art de New York a sélectionné la forme Encanto pour l'exposition. Les formes Encanto sont entrées en production sous forme de porcelaine fine et vendues avec un grand succès tout au long des années 1950. Une publicité étendue et de nombreux nouveaux motifs sur la forme ont maintenu les formes classiques vivantes et vitales sur le marché.

Franciscan a introduit sa ligne Fine China en 1942. Elle a été commercialisée sous le nom de Franciscan Masterpiece China après 1958 et la production s'est poursuivie aux États-Unis jusqu'en 1978. Le nom franciscain est apparu sur la porcelaine fine du monde entier après cette époque, mais portera un cachet indiquant le pays dans lequel il a été produit.

Les années 1950 ont marqué le départ des Grant et l'arrivée d'autres influences de design pour Franciscan. Les motifs en forme d'Eclipse "American Modern" de 1954 comprenaient Starburst. Starburst s'avérerait un changement radical par rapport à la tradition antérieure et utilisait une forme irrégulière et des étoiles rayonnantes abstraites résultant en un motif en terre cuite très moderne. Aujourd'hui, il est considéré comme l'un des meilleurs travaux de conception des années 1950 modernes.

En 1954, le designer George James a créé une ligne d'objets d'art pour Franciscan appelée Contours. Il a utilisé des formes de porcelaine fine, des couleurs bicolores et des formes fluides et gracieuses pour créer des bols, des plats couverts, des plateaux, des chandeliers et plus encore. La ligne des contours était très "nouvelle" pour les franciscains dans la quête du modernisme des années 1950.

Dans les années 1960 et 1970, la « vaisselle décontractée » en faïence était très populaire et dépassait les ventes de porcelaine fine de tous types. Franciscan a suivi cette tendance, commercialisant avec succès divers motifs sur leur forme Hacienda dans les couleurs des années 60 d'or de récolte et de vert avocat. Dans les années 70, les lignes de faïence informelles telles que Franciscan Madeira et Picnic ont gagné en popularité.

Franciscan a survécu au marché concurrentiel de la céramique et à l'entrée du plastique sur les tables de dîner des Américains en faisant fabriquer de la porcelaine au Japon à partir de 1960. Les lignes japonaises de porcelaine fine et de faïence Whitestone ont été des changements marqués pour ce producteur historiquement basé en Californie.

Les franciscains ont souvent atteint des pentacles acclamés dans son histoire. Il convient de noter la commande de 1961 de Jacqueline Kennedy pour Masterpieces China à utiliser sur Air Force One et la sélection de 1969 par Richard Nixons de Franciscan Masterpieces China pour le service à bord du yacht présidentiel. D'autres commandes de services spéciaux pour la royauté du monde entier ont également été remplies.

Une série de fusions et de ventes contribua à la fermeture de l'usine américaine Franciscan en 1984. En 1962, Franciscan devint membre d'un grand géant de la céramique, International Pipe and Ceramics Corporation, connu sous le nom d'INTERPACE. En 1979, Josiah Wedgwood & Sons, LTD d'Angleterre a acquis Franciscan d'INTERPACE et a rebaptisé la société Franciscan Ceramics, Inc. La production américaine de Franciscan Ware a cessé en 1984, suite à l'annonce de la relocalisation de toute la production franciscaine en Angleterre. En 2000, "Johnson Brothers/Franciscan, membre du groupe Wedgwood" commercialise de la porcelaine franciscaine aux États-Unis à partir d'installations de production du monde entier.

Histoire de Gorham Chine:

La société Gorham a été fondée en 1831 par Jabez Gorham. Initialement, Gorham ne fabriquait que des couverts et des holloware en sterling. Plus tard, de 1970 à 1984, la division Gorham de Textron, Inc. a fabriqué de la vaisselle en porcelaine fine à Pasadena, en Californie, dans une usine anciennement occupée par Flintridge China Company. Gorham a acheté Flintridge en mars 1970 et a continué pendant quelques années à fabriquer des modèles de Flintridge. Finalement, Gorham a commencé à produire ses propres modèles en porcelaine, dont beaucoup étaient conçus pour se coordonner avec leurs motifs en argent sterling. En 1984, Gorham a cessé de fabriquer sa propre porcelaine et a commencé à l'importer du Japon. Au début des années 1990, Lenox, Inc. de Lawrenceville, New Jersey, a acheté Gorham et continue de fabriquer divers modèles Gorham China aujourd'hui.

Histoire de Haviland Chine :

Haviland Chine D.G. & D. Haviland & Company of New York, une société d'importation de porcelaine, a été créée par David et Daniel Haviland en 1838. David a déménagé à Limoges, en France, où il a involontairement réinventé le processus de fabrication de la porcelaine fine française en fabriquant et en décorant des blancs même emplacement. Un autre frère, Robert, a rejoint l'entreprise en 1852 et le nom a été changé pour Haviland & Company.

Il y avait, à un moment donné, deux frères Haviland avec des sociétés chinoises individuelles, ce qui provoque parfois la confusion. La guerre de Sécession ferma le bureau original de New York en 1863. Les fils de David, Theodore et Charles Edward travaillèrent ensemble en France, connaissant un grand succès jusqu'en 1891. À cette époque, des divergences irréconciliables les poussèrent à dissoudre Haviland & Company.

Charles Edward a rouvert Haviland & Company, mais la Grande Dépression a fermé ses portes en 1931. Theodore a également ouvert sa propre usine de porcelaine, Theodore Haviland & Company, en 1936. Il a ensuite acheté les « designs, marques & droits » de Haviland & Company et a restauré le nom d'origine.

De nombreux motifs Haviland populaires, tels que Appleblossom, sont connus pour leurs délicats sprays floraux. En outre, certains des backstamps contiennent des noms d'origine de fabrication (New York ou France) qui peuvent être utiles pour identifier la période au cours de laquelle la société Haviland a fabriqué le motif.

Identifier votre modèle Haviland :

Grâce à l'excellent travail effectué par Arlene, Dick et Dona Schlieger, il existe désormais un moyen de vous identifier sans nom Haviland China. Ils ont publié six livres avec des dessins détaillés de plus de 1200 modèles. Ils ont mis un numéro avec chaque modèle que le monde appelle le nombre Schleigher. Grâce à leur travail minutieux, vous avez maintenant la possibilité de remplacer votre précieux motif Haviland.

Pour plus d'informations sur l'identification ou le remplacement de votre anonyme Haviland contactez l'une des personnes suivantes :

Connexion Schleiger Haviland

1626, chemin Crestview, Redlands, Californie 92374 - (909) 798-0412

801 W. Eldorado, Decatur, IL 62522 - (217) 428-7212

Aperçu de l'histoire de Haviland Chine :

John Haviland a formé la Johann Haviland Company en 1907 à Waldershof, en Allemagne. Les premiers produits comprenaient de la porcelaine de tous les jours, de la porcelaine d'hôtel et de la porcelaine de haute qualité pour un usage domestique. En 1924, Johann Haviland a été vendu à Richard-Ginori et le nom de l'entreprise a été changé en "Porzellanfabrik Waldershof AG". Rosenthal China d'Allemagne a acheté l'usine Waldershof en 1937 et a commencé à produire de la porcelaine fine pour l'exportation vers les États-Unis. Cette vaisselle portait la mention « Johann Haviland, Bavière, Allemagne ». Certains de ces motifs portent un tampon bavarois ou thaïlandais. Johann Haviland China a été fabriqué à l'usine Waldershof jusqu'à la fin des années 1980.

Histoire de Hutschenreuther Chine :

Hutschenreuther Chine Karl Mangus Hutschenreuther a créé l'une des premières usines privées de décoration de porcelaine en Allemagne à Hohenberg, en Bavière, en 1814.

En plus de décorer de la vaisselle blanche, Hutchenreuther voulait produire ses propres modèles, et après une lutte de huit ans avec le gouvernement bavarois (qui n'était pas intéressé à créer une concurrence pour l'usine d'État), Hutschenreuther a reçu l'autorisation nécessaire pour commencer la production en 1822. À sa mort en 1845, son fils Lorenz fonde sa propre entreprise de porcelaine Hutschenreuther à Selb. Le fils Christian et la veuve Johanna ont également travaillé pour perpétuer la tradition de l'entreprise.

Au début du XXe siècle, Hutschenreuther se développe rapidement en absorbant les usines d'Altrohlau (1909), d'Arzburg (1918) et de Tirschenreuth (1927). Les branches de l'entreprise ont été réunies en 1969. Hutschenreuther était un précurseur et a permis à l'Allemagne d'acquérir une excellente réputation dans l'industrie chinoise de la porcelaine. La "Marque du Lion" Hutschenreuther est un symbole d'excellence qui perdure encore aujourd'hui.

Histoire de Johnson Brothers Chine :

En 1883, dans une petite usine appelée Charles Street Works à Hanley, Stoke-on-Trent, en Angleterre, les deux fils de Robert Johnson, Frederick et Alfred, ont établi un partenariat appelé Johnson Brothers pour la fabrication de faïence durable, qu'ils ont appelée "White Granite". En 1888, le frère aîné Henry s'associe. En plus de fabriquer des articles blancs bien mis en pot, ils ont commencé à produire des articles imprimés sous glaçure pour lesquels ils sont devenus célèbres.

En raison de la demande accrue de poterie après la guerre civile, ils ont ouvert deux nouvelles usines à Hanley à proximité de leur usine d'origine. En 1898, ils avaient cinq usines différentes produisant de la vaisselle. En 1899 et 1909, de nouveaux moulins ont été construits pour approvisionner les propres usines de Johnson Brother et les clients extérieurs dans le commerce en silex et en pierre de Cornouailles préparés à utiliser dans les corps de poterie.

Un quatrième frère, Robert, avait rejoint l'entreprise en 1896 et avait ouvert un bureau à New York. Il a voyagé à travers le pays avec des échantillons de vaisselle afin de stimuler davantage la demande pour les produits de Johnson Brother en Amérique du Nord. Alfred a quitté l'entreprise à ce moment-là, tandis que les fils des fondateurs ont commencé à s'impliquer. Avec les nouveaux efforts des membres de la famille, ils ont commencé à se concentrer sur les efforts d'expansion, les marchés étrangers et l'amélioration des méthodes commerciales. En 1913, ils ont commencé à concentrer leurs efforts sur le marché allemand où ils ont ouvert une usine de production pour augmenter leurs activités et réduire les taux de main-d'œuvre et de fret. Ce projet a pris fin au début de la Première Guerre mondiale et ne devait jamais être rétabli au cours des années suivantes. Pendant la période de guerre de 1914-18, les affaires sont devenues extrêmement limitées en raison de l'enrôlement d'une grande majorité de la main-d'œuvre dans les Forces et du danger du transport naval.

Au début des années vingt, de nouvelles formes, motifs et corps ont été introduits et la gamme de corps colorés "Dawn" a commencé pour laquelle Johnson Brothers est devenu très connu. De nouvelles méthodes ont été développées pour fabriquer des articles de halloween qui ont permis une production plus rapide par rapport à l'ancienne méthode d'utilisation de l'argile pressée. A la fin des années 20, les petits-fils des fondateurs entrent dans l'entreprise.

Au cours des années 30, on assiste à la fermeture de la Charles Street Works, l'usine d'origine. Ce n'est qu'au milieu des années trente que les usines sont entrées en pleine production. À la fin des années 30, on a vu le développement de systèmes modernes de cuisson utilisant l'électricité comme combustible plutôt que le charbon brut et de nouveaux tunnels en briques utilisant un système de propulsion automatique de la vaisselle ont remplacé les "fours à bouteilles" traditionnels. signifiait une meilleure qualité et moins de pertes et les conditions pour les travailleurs étaient bien meilleures qu'auparavant. Un nouveau département de fabrication de moules et des ateliers de fabrication ont accompagné la construction du four électrique.

Au cours de la seconde guerre mondiale, la construction des nouveaux fours tunnels a été retardée, qui a été reprise et liée à des plans visant à améliorer les processus de production par la suite.

Histoire de Lenox Chine :

Lenox China Lenox China, comme on l'appelle aujourd'hui, a été fondée par Walter Scott Lenox et Jonathan Coxon Sr. sous le nom de Ceramic Art Company en 1889 à Trenton, New Jersey. Leur intention était de former une entreprise de porcelaine fine pour rivaliser avec les meilleures d'Europe. La porcelaine Lenox a rapidement été reconnue comme l'une des porcelaines de la plus haute qualité produite dans ce pays. En 1894, M. Lenox a acheté l'ensemble de l'entreprise à son partenaire et a rebaptisé l'entreprise Lenox, Inc. La Lenox Company fonctionnait dans une atmosphère de studio d'art avec de nombreux designers et artisans talentueux. La porcelaine Lenox a reçu une grande publicité en 1917, lorsque Walter Scott Lenox a été chargé par le président Woodrow Wilson de produire un service de vaisselle de la Maison Blanche de 1 700 pièces. La porcelaine Lenox était également la vaisselle de choix des présidents Franklin D. Roosevelt, Harry S. Truman et Ronald Reagan. Lenox a ensuite commencé la production de cristal en 1965 lorsqu'ils ont acheté Bryce Brothers of Pennsylvania. Bryce Brothers était connu pour son utilisation distinctive de la couleur dans la verrerie. Aujourd'hui, le cristal Lenox est le cristal officiel du vice-président des États-Unis, des ambassades des États-Unis, de la Maison Blanche, du département d'État et du Congrès. Lenox a également choisi de coordonner les motifs en porcelaine et en cristal plutôt que de séparer complètement les départements de conception des différentes divisions. Un exemple de motif coordonné est la porcelaine Lenox Weatherly et le cristal Lenox Brookdale. Cette idée de motifs coordonnés, associée à des techniques de marketing agressives, permet à la porcelaine et au cristal Lenox de rester très populaires auprès des nouvelles mariées.

Lenox est aujourd'hui le seul grand producteur de porcelaine fine aux États-Unis et est connu pour l'uniformité absolue de son glacis, sa translucidité, son design parfaitement appliqué, sa couleur vraie et cohérente et sa durabilité. Aujourd'hui, le produit Lenox China est toujours fabriqué à la main selon le même niveau de perfection élevé défini par le fondateur de l'entreprise dans les années 1800. L'usine d'Oxford, qui compte plus de 275 employés, est reconnue comme l'une des meilleures installations de fabrication détenues par Lenox, Inc.

Tout a commencé en 1889. Un jeune artiste du nom de Walter ScottLenox a fondé une entreprise dédiée à la proposition audacieuse qu'une entreprise américaine pourrait créer la plus belle porcelaine du monde. Il possédait un zèle pour la perfection qu'il appliquait à la poursuite incessante de ses objectifs artistiques.

Dans les années qui ont suivi, la porcelaine Lenox est devenue la première porcelaine américaine jamais exposée au Musée national de la céramique, à Sèvres, en France. En 1918, Lenox a reçu le singulier honneur d'être la première entreprise américaine à créer le service de table officiel de l'État pour la Maison Blanche.

La porcelaine Lenox est utilisée à la Maison Blanche depuis lors, commandée par les présidents et les premières dames de quatre époques différentes. Les œuvres de Lenox peuvent également être trouvées dans plus de la moitié des demeures de nos gouverneurs et dans les ambassades des États-Unis à travers le monde, et elles ont été spécialement commandées pour des cadeaux d'État.

À une occasion dans les premiers jours difficiles de l'entreprise, Walter Scott Lenox a fait visiter les nouveaux ateliers à un invité éminent. Ils s'arrêtèrent devant un four et regardèrent l'artisanat retirer de la porcelaine représentant un investissement de 2000 $ (une somme assez importante à l'époque). Lenox regarda les pièces avec son habituel regard perçant. et remarqua un petit défaut dans chacun d'eux, peut-être visible uniquement par lui. Avant que Lenox ne puisse exprimer sa consternation, le visiteur enthousiaste s'est écrié : « C'est exaltant. Une telle excitation !" " Oui ", a répondu Lenox. Sans hésiter, il ordonna alors de détruire tout ce qui venait de sortir du four.

Lenox Collections crée aujourd'hui des œuvres dans de nombreux médiums. Dans tous les cas, il maintient une position inflexible sur la qualité. Le collectionneur verra cette différence dans le détail de chaque sculpture Lenox peinte à la main. dans le lustre ardent et poli à la main de chaque bol ou vase en cristal Lenox. et, bien sûr, dans la finition impeccable de chaque pièce de porcelaine Lenox.

Garantie de Satisfaction :

Lenox est fier d'offrir des œuvres de haute qualité sans compromis, fabriquées avec soin et dévouement par des artisans qualifiés. Notre objectif, dans tous les cas, est de répondre aux attentes les plus élevées en matière d'art et de savoir-faire. Par conséquent, si jamais vous n'êtes pas entièrement satisfait, Lenox remplacera votre travail ou remboursera votre prix d'achat.

Politique de protection contre la casse : si jamais vous cassez ou endommagez une œuvre que vous possédez, Lenox s'efforcera également de vous satisfaire. Si l'édition est toujours ouverte et qu'un remplacement est disponible, Lenox vous l'enverra à seulement la moitié du prix actuel de l'œuvre.

Parce que Lenox a été fondée par un artiste, elle a toujours mis l'accent sur le travail avec les meilleurs talents artistiques disponibles. Le plus célèbre d'entre eux au début de l'histoire de l'entreprise était peut-être William Morley, souvent considéré comme le plus grand de tous les peintres chinois. Une femme du New Jersey a demandé un jour à Morley de créer un service représentant les jardins à la française d'Europe. Elle n'avait pas de photos en couleur, mais connaissait intimement les jardins - et en écoutant ses souvenirs, Morley a donné vie à chaque fleur et arbre.

Aujourd'hui, Lenox Collections mène une recherche continue de grands talents et a étendu son mécénat à des artistes doués de nombreux pays différents. Pour gagner la marque Lenox, les normes les plus élevées doivent être satisfaites. Chaque sujet de la nature doit être montré complètement fidèle à la réalité..chaque pièce historique doit être authentique dans chaque détail..et tout comme à l'époque de Morley, toutes les œuvres doivent être imprégnées du feu de l'imagination.

Cette quête de l'excellence artistique a valu à Lenox le privilège de créer des œuvres autorisées pour des institutions renommées à travers le monde. de la Smithsonian Institution à Washington, D.C. au célèbre Palace Museum de la Cité interdite de Pékin.

Histoire de Meakin Chine :

Il n'y a aucune information sur cette entreprise chinoise pour le moment.

Histoire de Mikasa Chine :

Mikasa Mikasa China n'est pas un fabricant en soi, mais un distributeur qui a entretenu des relations avec plus de 150 fabricants dans le monde pour produire sa gamme de porcelaine, cristal, couverts et accessoires de décoration. Le nom Mikasa est souvent concédé sous licence à d'autres sociétés et apparaît sur les modèles réalisés par Studio Nova/Savoir Vivre, Christopher Stuart et Oscar de la Renta. De nombreux anciens modèles de porcelaine Mikasa portent également le nom de Narumi, un fabricant japonais. Mikasa, qui se traduit par « La société », a été créée en Amérique en 1948. La société est basée à Secaucus, dans le New Jersey, et se concentre sur le marketing et la conception de ses produits. Il existe une grande variété de porcelaine et de vaisselle Mikasa, notamment de la porcelaine tendre, de la céramique, du grès, des couverts en acier inoxydable et des verres à pied décontractés et raffinés.

Les jeunes années. Établie en tant que société d'importation dans les années 1930, ce n'est que dans les années 1950 que la Mikasa China Company a ajouté la vaisselle en céramique à sa liste de produits importés. En raison de son succès au cours des décennies suivantes, la vaisselle est devenue leur principal produit importé et distribué.

À la fin des années 1950, leur vaisselle était devenue de plus en plus populaire dans les grands magasins tels que Bloomingdale's, Macy's et la May Company. Dans les années 1960, ils ont introduit le nom Mikasa qui s'est rapidement associé à la qualité, la valeur et la mode.

Expansion stratégique. Au milieu des années 1970, Mikasa a soigneusement conçu un plan d'expansion. Le plan a élargi leur assortiment de produits et développé de nouvelles avenues pour vendre leurs produits.

L'un des principaux objectifs du plan d'expansion était de diversifier notre sélection de produits. Sentant que leurs clients voulaient plus que de la vaisselle, ils ont présenté un vaste assortiment de verres à pied en cristal, de couverts en acier inoxydable, de couverts en cristal, de linge de table, de cadeaux en cristal, de cadres photo, de vases en céramique et d'accessoires ménagers.

En plus de leur marque Mikasa, ils ont également introduit plusieurs autres marques abordant chacune un style de vie différent. Studio Nova a été conçu pour les jeunes (et les moins jeunes) acheteurs qui utilisent la vaisselle dans un environnement décontracté, souvent dans la cuisine. Home Beautiful a été créé pour être très durable pour la vie quotidienne décontractée à des prix soucieux de leur budget. Christopher Stuart a été développé pour le client qui souhaite une large sélection de styles à un prix avantageux.

Le deuxième élément de leur plan d'expansion des années 1970 était d'augmenter le nombre de avenues dans lesquelles ils vendaient leur produit. Ayant déjà rencontré le succès dans les grands magasins, ils ont ouvert un petit magasin-entrepôt dans la région de leur centre de distribution de Secaucus, dans le New Jersey, en 1978. Ils ont continué à ouvrir progressivement des magasins au cours des années 1980 et ont constaté qu'au fur et à mesure de leur ouverture, la sensibilisation des consommateurs à leurs marques et la diversité des produits a augmenté.

Leur avantage concurrentiel. La mode a toujours été l'élément qui sépare Mikasa de ses concurrents. Leur sélection de styles et de motifs change constamment les goûts. Ils sont en mesure de le faire car, contrairement à d'autres entreprises de fabrication de produits de table, ils ne possèdent ni n'exploitent d'installations de fabrication.

Au lieu de cela, ils sous-traitent (contact avec des usines privées) la fabrication de leurs produits à environ 150 usines dans plus de 20 pays à travers le monde. Cette stratégie leur offre la flexibilité nécessaire pour ajuster rapidement et efficacement leur production en fonction de l'évolution des besoins et des goûts de leurs clients.

Aujourd'hui. En un peu plus de 50 ans, Mikasa a fait sa marque dans le domaine des accessoires de table et de la maison aux États-Unis. Ils sont devenus un élément fondamental des ventes sur table des grands magasins et des magasins spécialisés et leurs magasins d'usine couvrent tous les États-Unis. (Le petit magasin du New Jersey existe toujours - près de 7 fois sa taille d'origine.) Ils exploitent des centres de distribution sur les côtes est et ouest et nos entreprises internationales les emmènent maintenant en Europe.

Pour le monde extérieur, Mikasa est considérée comme une success story américaine classique. Chez Mikasa, ils pensent que les meilleurs chapitres sont encore à venir.

Histoire de Minton Chine :

Thomas Minton a fondé son usine en 1793/6 à Stoke-upon-Trent. Minton était le rival le plus proche de Spode. Il était célèbre pour les articles de Minton - une majolique en terre cuite de couleur crème et imprimée en bleu, de la porcelaine tendre et de la porcelaine de Parian. Son usine était remarquable à l'époque victorienne pour ses porcelaines "art". Il a également popularisé le célèbre motif Willow.

Les tourtereaux sont issus de la plaque "Willow Pattern". Dans les années 1820, il a commencé à produire de la porcelaine tendre, ce début de Minton est considéré comme comparable à Sèvres français, par lequel il a été fortement influencé. Minton's était la seule usine de porcelaine anglaise du 19ème siècle à employer un procédé de Sèvres appelé pâté-sur-pète (c'est-à-dire : décor peint en barbotine d'argile blanche au lieu d'émail avant glaçage). Minton a également produit des figures de Parian. L'usine de Minton était la source d'approvisionnement la plus populaire au 19ème siècle en vaisselle faite sur commande pour les ambassades et les chefs d'État et l'usine produit encore à ce jour.

Il était une fois un mandarin qui avait une belle fille, Koong-se. Il employa un secrétaire, Chang qui, alors qu'il s'occupait des comptes de son maître, tomba amoureux de Koong-se, à la grande colère du mandarin, qui considérait le secrétaire comme indigne de sa fille.

Le secrétaire a été banni et une clôture a été construite autour des jardins du domaine du mandarin afin que Chang ne puisse pas voir sa fille et que Koong-se ne puisse se promener que dans les jardins et jusqu'au bord de l'eau. Un jour, un coquillage muni de voiles contenant un poème et une perle que Koong-se avait donnée à Chang, flotta jusqu'au bord de l'eau. Koong-se savait que son amant n'était pas loin.

Elle fut bientôt consternée d'apprendre qu'elle avait été fiancée à Ta-jin, un noble duc guerrier. Elle était pleine de désespoir quand on lui a annoncé que son futur mari, le noble duc, arrivait, portant un cadeau de bijoux pour célébrer ses fiançailles.

Cependant, après le banquet, empruntant les robes d'un serviteur, Chang traversa les invités sans être vu et se rendit dans la chambre de Koong-se. Ils se sont embrassés et ont juré de s'enfuir ensemble. Le mandarin, le duc, les invités et tous les serviteurs avaient bu tellement de vin que le couple faillit s'enfuir sans se faire repérer, mais le père de Koong-se la vit à la dernière minute et se mit à courir à travers le pont.

Le couple s'est échappé et est resté avec la femme de chambre que le père de Koong-se avait renvoyée pour avoir comploté avec les amants. Koong-se avait donné le cercueil de bijoux à Chang et le mandarin, qui était aussi un magistrat, a juré qu'il utiliserait les bijoux comme prétexte pour exécuter Chang quand il l'aurait attrapé.

Une nuit, les espions du Mandarin ont rapporté qu'un homme se cachait dans une maison au bord de la rivière et les gardes du Mandarin ont fait une descente dans la maison. Mais Chang avait sauté dans le torrent déchaîné et Koong-se pensait qu'il s'était noyé. Quelques jours plus tard, les gardes sont revenus pour fouiller à nouveau la maison. Pendant que la servante de Koong-se leur parlait, Chang est venu en bateau jusqu'à la fenêtre et a emmené Koong-se en lieu sûr.

Ils se sont installés sur une île lointaine et, au fil des ans, Chang est devenu célèbre pour ses écrits. C'était pour prouver sa perte. Le mandarin entendit parler de lui et envoya des gardes pour le détruire. Chang a été passée au fil de l'épée et Koong-se a mis le feu à la maison alors qu'elle était encore à l'intérieur. Ainsi ils périrent tous les deux et les dieux, touchés par leur amour, les immortalisèrent comme deux colombes, volant éternellement ensemble dans le ciel.

Histoire de Noritake Chine :

À la fin du XIXe siècle, la société japonaise auparavant fermée a ouvert ses portes au commerce international. Le baron Ichizaemon Morimura, un important représentant du commerce japonais à cette époque, a reconnu le potentiel d'exportation vers les États-Unis. En 1876, il fonda Morimura-kumi pour expédier de la porcelaine et d'autres articles-cadeaux en Amérique, distribués par l'intermédiaire d'un magasin de gros et de détail à New York.

Le baron Morimura s'est vite rendu compte que le marché américain était mûr pour la vaisselle en porcelaine fine fabriquée au Japon. Afin de s'assurer que ses exportations étaient de la plus haute qualité, cependant, il a décidé de contrôler la production en construisant sa propre usine. À cette fin, il fonda une nouvelle société appelée Nippon Toki Gomei Kaisha dans le village de Noritake, près de Nagoya, le 1er janvier 1904.

Depuis lors, Noritake n'a cessé de bâtir sa réputation de premier fabricant mondial de produits de table. Dès le début, la porcelaine a pris le nom de la ville où l'usine a été construite et est devenue si populaire que la société a officiellement changé son nom en Noritake Company Limited en 1981.

Tout au long de son histoire, Noritake a développé des outils et des machines conçus pour améliorer la technologie de fabrication de la Chine. Beaucoup d'entre eux sont maintenant commercialisés par des divisions Noritake distinctes. Les meules ont d'abord été fabriquées en interne pour polir la porcelaine. Depuis 1939, cependant, ils sont commercialisés à des fins industrielles et réalisent aujourd'hui des ventes mondiales supérieures à celles de la porcelaine Noritake. De même, les céramiques industrielles, les composants électroniques et même le four à rouleaux unique, créé par Noritake pour rendre la production chinoise plus efficace, sont devenus des segments importants des activités internationales de l'entreprise.

Aujourd'hui, Noritake continue de poursuivre de nouveaux marchés et de nouvelles industries grâce à une recherche et un développement exhaustifs. En effet, l'esprit pionnier du baron Morimura se perpétue dans les idées créatives et l'engagement dévoué envers l'excellence qui se sont développés depuis le petit village de Noritake pour toucher la vie et la carrière de millions de personnes à travers le monde.

Aperçu de l'historique de Noritake
Noritake China Noritake China a été fondée en 1904 sous le nom de The Noritake Company par la famille Morimura, qui produisait également de la porcelaine blanche sous la société Morimura Gumi, pionnière dans l'industrie du commerce extérieur du Japon. Avant 1963, la société était connue sous le nom de Nippon Toki Kaisha, Ltd. mais a ensuite reçu le nom anglais de Noritake Company, Ltd. Noritake tire son nom du village de Noritake dans la ville de Nagoya, au Japon, où se trouvait le bureau principal de la société. Les premières vaisselles en porcelaine de Noritake présentaient le motif « Hand Painted Nippon » autour du « M » familier entouré d'une couronne (qui signifie Morimura) sur le dos de la plupart des pièces. « Noritake » apparaît sur les backstamps d'autres pièces, avec « Japan » ou « Made in Japan » présent sur la plupart d'entre elles. Les États-Unis ont toujours été le plus gros client de Noritake China, et les États-Unis ont aidé Noritake à rester en affaires après la Seconde Guerre mondiale. Noritake China s'appelait Rose China de 1945 à 1948, par crainte qu'une pénurie de matières premières et de main-d'œuvre qualifiée n'affecte leurs normes de qualité élevées. En 1956, Noritake China a commencé à diversifier sa gamme de produits avec l'ajout de couverts en acier inoxydable. La verrerie en cristal a été ajoutée en 1961, et la faïence et le grès ont été ajoutés en 1971. Aujourd'hui, la porcelaine Noritake est connue dans le monde entier pour sa qualité et son design élégant.

Histoire d'Oxford en Chine :

Oxford China est une société chinoise américaine. Il a été acheté par la société Lenox China ces dernières années.

Histoire de Rosenthal Chine :

Phillip Rosenthal (1855-1937) a commencé son activité en 1884 en achetant de la porcelaine blanche à Hutschenreuther et en vendant des dessins peints à la main par sa femme Maria, en porte à porte. En 1891, il a établi une usine à Asch, en Bohême et a commencé à produire de la vaisselle blanche destinée à être utilisée dans son atelier. De 1897 à 1936, Rosenthal acquiert des usines à Kronach, Marktredwitz, Selb, Waldenburg, Sophienthal et Waldershof. La popularité des modèles Maria White et Moss Rose a aidé l'entreprise à se développer rapidement. Au moment de la Seconde Guerre mondiale, Rosenthal exploitait 10 entreprises et employait plus de 5 000 personnes. À la fin de la guerre, le fils de Rosenthal, Phillip, est retourné en Allemagne où il a modernisé des usines obsolètes et rétabli les marchés perdus. Phillip a rapidement reconstruit l'entreprise en atteignant de nouveaux marchés intéressés par les formes modernes et l'art de sa vaisselle. À ce jour, Rosenthal continue de travailler avec les leaders de la mode et du design pour créer des designs de table uniques.

Histoire de Royal Albert China :

Il n'y a aucune information sur cette entreprise chinoise pour le moment.

Histoire de Royal Doulton Chine :

En 1815, à la veille de Waterloo, John Doulton fut pris en partenariat par la veuve Martha Jones qui avait hérité de son défunt mari une poterie à Vauxhall Walk, Lambeth, au bord de la Tamise. Son contremaître John Watts a également été pris en partenariat et la société est devenue Jones, Watts and Doulton.

Le jeune Doulton venait de terminer son apprentissage dans l'une des plus importantes des premières poteries commerciales d'Angleterre, la manufacture Fulham fondée par le grand John Dwight dans le dernier quart du XVIIe siècle, où la fabrication du grès dans sa véritable forme a été portée à un haut degré de perfection. Ainsi commença la longue et distinguée histoire des Poteries Royal Doulton et il n'est pas surprenant que les premières années de l'existence de l'entreprise aient été consacrées à la fabrication d'articles allant des bouteilles décoratives aux tuyaux de drainage dans ce très difficile des matériaux céramiques, l'argile de pierre .

C'est cependant le fils de John Doulton, Henry, qui a porté cette tradition de la poterie de Lambeth à son apogée. Au moment où la reine Victoria monta sur le trône, Doulton était établie en tant que fabricant de produits domestiques et industriels dans un corps en grès fin comparable à n'importe quel autre en Europe. Au cours des dix premières années du règne de Victoria, en 1846, l'usine de Lambeth était à l'avant-garde de la révolution de l'assainissement que Chadwick et les grands réformateurs de l'époque ont apportée à l'Angleterre métropolitaine. Sans le travail acharné et la prévoyance d'Henry Doulton, cette révolution aurait été mieux retardée de plusieurs décennies.

En 1882, Henry (plus tard adoubé par la reine Victoria, le premier potier ainsi honoré), acquit la petite usine de Pinder, Bourne and Company à Burslem, ville mère des poteries du Staffordshire et, la maison de ce corps en céramique unique et essentiellement anglais , porcelaine tendre. L'incursion du potier de Lambeth fut considérée avec peu d'enthousiasme ou de faveur par les hommes fiers et insulaires du Staffordshire. " À leur avis, nous, les Sudistes, connaissons peu Dieu et rien du tout sur le rempotage ", a observé Henry Doulton.

La première relation était difficile et nullement rentable. Mais par un investissement judicieux dans les hommes et les plantes, il réussit là où des hommes plus timides auraient succombé aux conseils locaux et abandonné la lutte inégale. Le succès commercial précoce et la renommée artistique sont venus à l'usine grâce à des articles ménagers et d'art fabriqués en faïence et décorés dans la gamme limitée de couleurs que ce corps permet sous sa glaçure au plomb. Mais le jeune et brillant directeur artistique de Doulton, John Slater, et son directeur énergique et entreprenant, John C. Bailey, rêvaient des effets colorés produits sur le continent par la décoration en émail sur glaçure des soi-disant faïences, majoliques et articles de Delft et sur le corps en porcelaine maintenant populaire. Ils recherchaient également le corps en porcelaine tendre avec lequel les voisins proches du Staffordshire connaissaient un succès croissant.

En 1884, ils arrachèrent à Henry Doulton, réticent, la permission d'utiliser le nouveau corps et de déployer leurs ailes artistiques. Bientôt, ils se sont entourés de l'une des équipes de modeleurs, décorateurs et peintres les plus remarquables du monde de la céramique. La renommée de l'entreprise et de ses produits est devenue véritablement internationale, et cette renommée s'est prolongée jusqu'au 20e siècle sous la direction d'un nouveau directeur artistique, Charles C. Noke, et grâce aux talents d'une brillante génération d'artistes qui ont atteint la maturité sous le vieille garde de la période victorienne Joseph Hancock, Harry Tittensor, Edward Birks, Percy Curnock et autres.

En 1901, le roi Édouard VII a conféré à la société le double honneur du mandat royal et le droit spécifique - par opposition au supposé - le droit d'utiliser le titre "Royal".Chemin faisant, les honneurs sont remportés dans les grandes expositions internationales de Chicago et de Paris et la gamme de produits se multiplie : les très recherchées Sung et Chang, et le Rouge Flambe, dans ces rares effets de couleurs que les potiers occidentaux s'étaient efforcés de simuler. depuis que les marchandises dynastiques de la Chine antique ont d'abord trouvé leur chemin vers l'Europe des siècles avant que les personnages et les cruches de personnages reflètent les humeurs et les fantasmes du monde qui les entoure. tableau sur les émaux sur glaçure.

L'entre-deux-guerres a vu la croissance continue de la gamme de produits de l'entreprise, de sa renommée et de sa prospérité. En Amérique, en particulier, le nom Royal Doulton est devenu synonyme de la plus belle porcelaine anglaise. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, cependant, un nouvel esprit était à l'étranger. La simplicité est devenue le mot d'ordre dans l'ameublement domestique et l'art de la décoration, tel que pratiqué par les grands peintres céramistes du passé, a commencé à céder la place au concept de design de nouvelles techniques de décoration et de fabrication ont émergé pour rendre la porcelaine fine disponible à un prix que des millions elle était jusque-là l'apanage des privilégiés. Jo Ledger, un produit de l'école moderne de designers, a rejoint l'entreprise en tant que nouveau directeur artistique au milieu des années 1950, et ainsi une autre ère a commencé - une ère dans laquelle un respect sain pour les réalisations passées et pour les traditions décoratives associées aux plus beaux de la vaisselle anglaise, la porcelaine tendre, était alliée aux exigences en évolution rapide du présent. En 1960, la société a introduit un nouveau produit, English Translucent China, développé pendant plusieurs années par une équipe de recherche dirigée par Richard Bailey, alors directeur technique. En faisant évoluer son corps fin et translucide tout en éliminant l'ingrédient coûteux de l'os calciné du mélange d'argile, Royal Doulton a pu offrir aux marchés mondiaux bon nombre des qualités associées à la meilleure porcelaine tendre à un prix relativement modeste.

Désormais connue simplement sous le nom de Royal Doulton Fine China, la nouvelle vaisselle s'est avérée l'un des succès remarquables de la longue et mouvementée histoire de l'entreprise. En 1966, elle a remis l'un des premiers Queen's Awards pour l'innovation technique à la société Doulton. A côté de ces gammes de vaisselle en porcelaine tendre et porcelaine bien établies, a surgi un renouveau des produits Doulton Lambeth, motivé par la sympathie de l'homme moderne envers son environnement naturel. La gamme Four à vaisselle Lambethware de Royal Doulton capture l'esprit d'aujourd'hui dans une série de designs bien documentés avec une saveur rurale mais progressive.

La gamme Lambethware actuelle tire de nombreux avantages pratiques de son riche héritage. Sa combinaison de composés résistants ressemblant à du quartz et de pierre feldspathique de Cornouailles lui confère une force immense et une robustesse d'apparence et de toucher surprenante. La technologie céramique moderne ajoute un raffinement de glaçure et de couleur à ces qualités, ainsi que les caractéristiques essentielles de résistance inhérente aux attaques chimiques et aux extrêmes de chaleur et de froid. Le résultat est une gamme de vaisselle avec un air de campagne rafraîchissant dont la clé est la praticité toute la gamme est résistante au four et au congélateur et n'est pas affectée par les détergents ou le lave-vaisselle.

Aujourd'hui, Fine Bone China, Fine China et Royal Doulton Lambethware sont les trois volets de la prospérité commerciale et de la renommée dont Royal Doulton jouit dans le monde civilisé.

Aperçu de l'histoire de Royal Doulton China
Royal Doulton China a été fondée à Londres, en Angleterre, en 1815 par un potier nommé John Doulton. À l'origine, M. Doulton ne fabriquait que du grès, mais son fils, Sir Henry Doulton, a étendu l'entreprise à de nombreux autres domaines de produits céramiques. En 1877, la porcelaine Royal Doulton a commencé à être produite dans leur usine nouvellement acquise à Stoke-on-Trent.

Les pièces de porcelaine Royal Doulton sont rapidement devenues connues dans le monde entier pour leur design et leur qualité distinctifs. La société est officiellement devenue Royal Doulton en 1901, lorsque Sir Henry Doulton a obtenu l'autorisation d'utiliser le mot « Royal » par le roi Édouard VII. Dans les années 1930, Royal Doulton a également commencé la production de ses figurines de renommée mondiale. Aujourd'hui, ce que certains appellent Royal Doulton China est en fait sept usines de céramique fabriquant de la vaisselle fine, du cristal et des figurines sous le nom de Royal Doulton.

Grâce à diverses fusions et acquisitions, la Royal Doulton Company possède et produit désormais d'autres marques célèbres, notamment Minton, Royal Crown Derby, Royal Albert et Caithness Glass. Avec un effectif de 6 000 personnes et un chiffre d'affaires annuel d'environ 370 millions de dollars, Royal Doulton est l'un des plus grands fabricants mondiaux de porcelaine tendre, de cristal, d'articles-cadeaux et de figurines. Ils disposent d'un réseau de distribution international élaboré de produits de marque Royal Doulton aux États-Unis, au Canada, en Australie, en Asie-Pacifique et en Europe continentale.

Histoire de Royal Worcester Chine :

En 1751, une légende a commencé sur les rives de la rivière Severn à Worcester en Angleterre. Sous la direction brillante du Dr John Wall, un groupe d'hommes d'affaires locaux a créé un petit atelier où les artistes pouvaient travailler dans le nouveau domaine en plein essor de la céramique. Depuis le début, l'accent a toujours été mis sur l'expression artistique et un savoir-faire exceptionnel.

En 1789, les artisans de Worcester étaient tenus en si haute estime que le roi George III a accordé un mandat royal et Royal a été ajouté au nom de l'entreprise.

En effet, alors que ses rivaux de Bow et Chelsea ont disparu depuis longtemps, la manufacture de porcelaine de Worcester est devenue mondialement célèbre et est aujourd'hui l'un des plus grands fabricants de porcelaine fine et de porcelaine en Angleterre.

Ce record rend hommage à la qualité des marchandises produites à Worcester pendant plus de deux cents ans : une qualité qui est restée constante à travers les nombreux changements dans la mode et la technologie. Car même aujourd'hui, comme l'a dit un historien anglais à propos de son héritage unique, « Worcester est l'une des rares entreprises où l'artisanat traditionnel du XVIIIe siècle survit. »

Les successeurs du Dr Wall ont maintenu ses normes élevées et aujourd'hui, les pièces de Worcester des périodes Flight et Barr, Chamberlain, Hadley et Kerr et Binns sont aussi prisées que les premiers Worcester du Dr Wall. Les musées du monde entier réservent des lieux spéciaux pour leurs collections d'anciens Royal Worcester. Les connaisseurs reconnaissent la superbe qualité et la finition, les riches colorations et les formes gracieuses et légèrement arrondies.

Royal Worcester Fine Bone China a toujours eu une sensation soyeuse unique et une texture fine et uniforme qui la distingue des autres porcelaines anglaises. Les formes de la vaisselle suivent la forme naturelle de l'argile sur un jolly afin qu'elles aient un aspect plus léger et naturel, une féminité gracieuse.

Parce qu'il contient 50% de phosphate de calcium dérivé d'os, Royal Worcester Fine Bone China peut supporter 17 000 livres de pression par pouce carré. La dorure est toujours en or 22 ct, bruni à la main pour un lustre doux et moelleux qui est agréable à la lumière des bougies.

Après la Seconde Guerre mondiale, la société a été la première à introduire le concept de vaisselle allant du four à la table en porcelaine anglaise fine et Royal Worcester reste aujourd'hui le seul fabricant de porcelaine britannique de renom. L'attrait des motifs et la qualité de la vaisselle du four à la table ont conduit à un succès mondial remarquable. En effet, la demande a été si grande qu'une nouvelle usine a été construite sur les rives de la rivière Severn intégrant les équipements les plus modernes disponibles.

Les jolis motifs présentés ici sont tout à fait dans la tradition de Worcester. La plupart des formes et des dessins sont tirés du trésor d'anciens livres de modèles de l'entreprise. D'autres illustrent, de façon contemporaine, cette "réactivité inhabituelle aux idées nouvelles" qui caractérisait l'entreprise il y a environ deux siècles.

Histoire de Spode Chine :

L'usine de porcelaine Spode a été fondée par Josiah Spode à Stoke-on-Trent en 1770. Spode avait été le directeur de l'usine pendant des années qui appartenait à Turner et Banks. À la mort de Turner, Spode a repris l'usine. En 1776, il produisait de la faïence sous le célèbre nom de Spode. En 1797, Spode mourut, laissant une entreprise florissante à son fils, Josiah Spode. Josiah Spode a été remplacé par son fils, Josiah Spode III. Il a dirigé l'entreprise jusqu'à sa mort en 1829. Spode a été acheté par un associé de Josiah Spode III, William Taylor Copeland, en 1833. M. Taylor a conclu un partenariat avec son collègue Thomas Garrett, et l'entreprise était connue sous le nom de Copeland & Garrett jusqu'à ce que 1847. Alors que le nom de l'entreprise a été changé de Spode, les normes de qualité élevées fixées par la famille Spode d'origine n'ont jamais été compromises. L'usine de porcelaine Spode détient des mandats royaux depuis 1806. La société a été vendue à la Carborundum Company Ltd. par la famille Copeland en 1966. En l'honneur du 200e anniversaire de l'entreprise en 1970, le nom a été rebaptisé Spode en l'honneur de son fondateur. , Josias Spode. Spode a fusionné avec la Worcester Royal Porcelain Company en 1976 pour former Royal Worcester Spode.

Le développement réussi de la porcelaine tendre par l'usine Spode à Stoke-on-Trent (1776-présent), pour des marchandises d'une beauté et d'une économie exceptionnelles dans le style Régence du début des années 1800, a assuré sa prééminence parmi les producteurs commerciaux. Le rival le plus proche de Spode était Minton (1796-présent), remarquable à l'époque victorienne pour ses porcelaines "art". Parmi les principaux partisans de Spode dans la production de porcelaine tendre pour le marché de masse se trouvaient Davenport (vers 1793-1887) Wedgwood pendant une courte période entre 1812 et 1822 Ridgway, New Hall et Rockingham. Une foule de préoccupations moindres ont servi le marché en expansion de la classe moyenne.

Histoire de Syracuse Chine :

Le 20 juillet 1871, la Onondaga Pottery Company a été constituée à Syracuse, New York. En 1890, ils produisaient une porcelaine "vitrifiée" blanche, fine, translucide et plus résistante que n'importe quelle porcelaine européenne. En 1893, avec un nouveau timbre, "Syracuse China" a été introduit et a reçu une médaille à l'Exposition universelle de Chicago, Illinois. En 1896, la société a dévoilé sa porcelaine "à bords roulés" qui est devenue un standard dans l'industrie alimentaire commerciale. Au cours des six décennies suivantes, Syracuse a continué à se développer et à prospérer jusqu'en 1970, date à laquelle la société a fermé sa division grand public, cédant aux importations japonaises moins chères. Aujourd'hui, Syracuse Chine est le plus grand complexe commercial de poterie au monde.

Histoire de Villeroy & Boch Chine :

Il n'y a aucune information sur cette entreprise chinoise pour le moment.

Histoire de Wedgwood Chine :

Wedgwood, Josiah (1730-1795), potier anglais, dont les œuvres comptent parmi les plus beaux exemples de l'art céramique. En 1754, le céramiste anglais Josiah Wedgwood a commencé à expérimenter avec de la crème colorée. Il a créé sa propre usine, mais a souvent travaillé avec d'autres qui faisaient de l'impression par transfert (introduite par la Worcester Porcelain Company dans les années 1750). Il a également produit des basaltes en grès rouge, un grès noir non émaillé et un jaspe, fait d'argile de grès blanc qui avait été colorée par l'ajout d'oxydes métalliques. Jasperware était généralement orné de portraits en relief blanc ou de scènes classiques grecques. La plus grande contribution de Wedgwood à la céramique européenne, cependant, était sa perle fine, une crème extrêmement pâle avec une teinte bleuâtre à son glaçure.

Au XVIIIe siècle, le comté de Staffordshire est devenu le foyer reconnu des fabricants de porcelaine et de poterie britanniques, dans la mesure où « Staffordshire » est devenu le nom largement connu pour leurs produits, et en particulier pour les figures ornementales qui ont été produites. Le plus célèbre de tous les fabricants de porcelaine anglais, Josiah Wedgwood, issu d'une famille de potiers, s'installe à Burslem en 1759 et s'impose rapidement.

Wedgwood est né à Burslem, Staffordshire, le 12 juillet 1730, dans une famille avec une longue tradition de potiers. À l'âge de neuf ans, après la mort de son père, il travaille dans la poterie familiale. En 1759, il fonda sa propre entreprise de poterie à Burslem. Là, il a produit une faïence de couleur crème très résistante qui a tellement plu à la reine Charlotte qu'en 1762 elle l'a nommé fournisseur royal de vaisselle. À partir de la vente publique de Queen's Ware, comme on l'a appelé, Wedgwood a pu, en 1768, construire près de Stoke-on-Trent un village, qu'il a nommé Etruria, et une deuxième usine équipée d'outils et de fours de son cru. conception. Au début, seule la poterie ornementale était fabriquée en Étrurie, mais en 1773, Wedgwood y avait concentré toutes ses installations de production.

Au cours de sa longue carrière, Wedgwood a développé des matériaux céramiques révolutionnaires, notamment le basalte et le jaspe.

Le basalte de Wedgwood, un matériau dur, noir et semblable à de la pierre, connu également sous le nom d'articles égyptiens ou articles de basalte, était utilisé pour les vases, les chandeliers et les bustes réalistes de personnages historiques. Jasperware, son innovation la plus réussie, était une vaisselle durable non émaillée bleue caractéristique avec de fines figures de camées blanches inspirées de l'ancien vase romain de Portland. La plupart des plus beaux dessins étaient l'œuvre de l'artiste britannique John Flaxman.

Après la mort de Wedgwood en Étrurie le 3 janvier 1795, ses descendants ont repris l'entreprise, qui produit encore nombre de ses créations. Wedgwood était le grand-père du naturaliste britannique Charles Darwin.

Le plus jeune enfant du potier Thomas Wedgwood, Josiah venait d'une famille dont les membres étaient potiers depuis les années 1600.

1730 Baptisé le 12 juillet 1730, Burslem, Stoke-on-Trent, Angleterre. 1739 Après la mort de son père en 1739, il travaille dans l'entreprise familiale à Churchyard Works, Burslem, devenant exceptionnellement habile au tour de potier. 1744 Devient apprenti de son frère aîné Thomas. Cependant une attaque de variole a sérieusement réduit son travail (la maladie a touché plus tard sa jambe droite, qui a ensuite été amputée) le résultat de cette inactivité, lui a permis de lire, de rechercher et d'expérimenter dans son métier de maître potier. 1752-3 En 1749, Thomas (le frère aîné de Josiah) refusa sa proposition de partenariat et Josiah forma un bref partenariat avec John Harrison à Stoke-on-Trent, dans le Staffordshire. 1754 Wedgwood forme un partenariat avec Thomas Whieldon de Fenton Low, Stoke-on-Trent, probablement le principal potier de son époque. Cela devint un partenariat fructueux, permettant à Wedgwood de devenir un maître des techniques de poterie actuelles. Il a ensuite commencé ce qu'il a appelé son "livre d'expérience", une source inestimable sur la poterie du Staffordshire. 1759 Après avoir inventé la glaçure verte améliorée qui est toujours populaire encore aujourd'hui, Wedgwood a terminé son partenariat avec Whieldon et s'est lancé à son compte à l'usine Ivy House à Burslem. 1765 Le patronage par la reine Charlotte de la faïence de couleur crème de Wedgwood en 1765, a conduit la faïence bien finie que Wedgwood a produite à s'appeler Queen's ware.

La poterie de Queen's est devenue, en raison de son matériau durable et de ses formes utilisables, la poterie domestique standard et a bénéficié d'un marché mondial. Parce que la vente de ses articles s'était propagée des îles britanniques au continent, Wedgwood a étendu ses activités à l'usine voisine de Brick House (ou Bell Works). 1762 Lors d'une de ses fréquentes visites à Liverpool pour organiser l'exportation de sa marchandise, Wedgwood rencontre le marchand Thomas Bentley. 1768 Le marchand Bentley devient son partenaire dans la fabrication d'objets décoratifs qui sont principalement des grès non émaillés de différentes couleurs, produits et décorés dans le style populaire du néoclassicisme. Les principaux de ces articles étaient :- les basaltes noirs, qui, grâce à l'ajout d'une peinture spéciale (utilisant des pigments mélangés à de la cire chaude, qui sont brûlés comme une incrustation), pourraient être utilisés pour imiter les vases grecs à figures rouges et - le jaspe, un fin -corps vitré grainé résultant de la haute cuisson de pâte contenant du sulfate de baryum. 1771 Wedgwood construit une usine appelée Etruria, pour la production de ses vases ornementaux. Plus tard, la fabrication d'articles utiles a également été transférée. (Sur ce site, ses descendants ont exploité l'entreprise jusqu'en 1940, lorsque l'usine a été déplacée à Barlaston, près de Stoke-on-Trent, Staffordshire - le site d'Etruria a été utilisé dans le cadre du "National Garden Festival" et la grande maison de Wedgwood est toujours visible car il a été incorporé dans un hôtel. 1774 La preuve de la popularité de la crème de Wedgwood se trouve dans le service massif de 952 pièces faites pour l'impératrice Catherine la Grande de Russie 1775 L'introduction de Jasper en 1775 a été suivie par d'autres marchandises telles que : - rosso antico (porcelaine rouge), canne, terne, chocolat et olives 1782 En 1782, l'Étrurie fut la première usine à installer une machine à vapeur.

Artistes : L'artiste le plus célèbre qu'il employa en Étrurie était le sculpteur John Flaxman, dont il traduisit les portraits en cire et autres figures en relief en jaspe.

Concurrents : les produits de Wedgwood plaisaient particulièrement à la classe bourgeoise européenne montante, et les usines de porcelaine et de faïence décorée et émaillée ont beaucoup souffert de sa concurrence. Les usines survivantes se sont tournées vers la fabrication de pots à crème (appelés sur le Continent faïence fine ou faïence anglaise) pour tenter d'imiter et de concurrencer Wedgwood. Même les grandes usines de Sèvres, en France, et de Meissen, en Allemagne, ont vu leur commerce affecté. Les Jasperwares furent imités en biscuit de porcelaine à Sèvres, et Meissen en produisit une version émaillée qu'ils appelèrent même Wedgwoodarbeit.

The Royal Society : L'invention par Wedgwood du pyromètre, un appareil de mesure des températures élevées (inestimable pour mesurer la chaleur du four pour les cuissons), lui a valu d'être félicité en tant que membre de la Royal Society.

Une autre histoire de la production de Wedgwood en Chine :

Wedgwood La Chine a ses origines en 1759, lorsque Josiah Wedgwood a établi une poterie près de Stoke-on-Trent dans l'ancienne usine Ivy House à Burslem, en Angleterre. En 1761, Wedgwood avait mis au point une crème à glaçure transparente de qualité supérieure et peu coûteuse qui s'est avérée très fructueuse. Wedgwood a déménagé sa poterie de la maison Ivy à la plus grande usine de la maison de brique à Burslem en 1764. La porcelaine de Wedgwood a continué à croître en stature jusqu'en 1766, date à laquelle Wedgwood a été nommé « Potter à sa majesté » par la reine Charlotte. Wedgwood a immédiatement nommé son creamware "Queen's Ware". La porcelaine Wedgwood a été produite à l'usine Brick House jusqu'en 1772.

Wedgwood a construit une nouvelle usine en Étrurie, qui a commencé à fonctionner en 1769, la même année où il a formé un partenariat avec Thomas Bently. Le plus célèbre ensemble d'articles de la Reine de Wedgwood, le service "Frog" de 1 000 pièces, créé pour Catherine la Grande, impératrice de Russie, a été produit à l'usine Etruria en 1774. À la fin des années 1770, la gamme de produits Wedgwood comprenait du basalte noir, de la crème, jaspe, perles et redware. Le lustre au clair de lune a été fabriqué de 1805 à 1815. La porcelaine tendre a été produite de 1812 à 1822, et relancée en 1878. Le lustre Fairyland a été introduit en 1915, mais toute la production de lustre a pris fin en 1932.

En 1906, un musée de porcelaine Wedgwood a été créé à la poterie Etruria. Une nouvelle usine a été construite à proximité de Barlaston en 1940, et le musée a été déplacé et agrandi à cet endroit. L'usine Etruria a été fermée en 1950.Au cours des années 1960 et 1970, Wedgwood a acquis de nombreuses poteries anglaises, dont William Adams & Sons, Coalport, Susie Cooper, Crown Staffordshire, Johnson Brothers, Mason's Ironstone, J.& G. Meakin, Midwinter Companies, Precision Studios et Royal Tuscan.

Aujourd'hui, le groupe Wedgwood est l'un des plus grands fabricants de porcelaine fine et de faïence au monde. La force de commercialisation de Wedgwood se concentre sur l'étendue de ses produits - en termes de style, de type et de gamme de prix, allant de la luxueuse vaisselle en porcelaine fine à la faïence bon marché et la vaisselle allant du four à la table.

Le design est un facteur essentiel. Les sociétés du groupe Wedgwood sont desservies par une grande équipe de designers et de modélistes hautement qualifiés et expérimentés, complétée par des contributions d'éminents artistes contemporains. L'entreprise est fière du fait que son succès continu repose sur un savoir-faire artisanal allié à une technologie de pointe, associée à un design imaginatif et soutenu par un marketing énergique. Au cours de l'année, Wedgwood a reçu onze prix de la Reine décernés à l'industrie pour ses réalisations en matière d'exportation.


LA PROSPÉRITÉ

Un "poulet dans chaque pot, et une voiture dans chaque arrière-cour". C'est ainsi qu'a couru un slogan républicain pendant la campagne présidentielle de Herbert Hoover en 1928 et c'est l'expression qui est devenue le symbole de la prospérité sans précédent des années 1920. L'économie du pays a atteint des records de production, de consommation et de bourse, faisant de la grave récession d'après-guerre un mauvais souvenir, sauf, malheureusement, pour les agriculteurs, les travailleurs de la classe ouvrière, les Afro-Américains et d'autres minorités. En tant que W.E.B. Du Bois affirmait en 1926 : « Nous avons aujourd'hui aux États-Unis, côte à côte, la prospérité et la dépression. 1

Comment est-ce arrivé? Cela durerait-il ? Comment modérer les excès de la prospérité ? Comment ceux qui ont été exclus pourraient-ils être inclus ? Et à qui était la responsabilité de tout cela ? Entreprise? gouvernement? l'individu? Nous commençons ce thème par un aperçu de la perspective de la décennie sur elle-même, en tant qu'« ère de prospérité ». Le moteur économique de la nation était-il une dynamo chargée ou une bombe à fusion courte ?

Commentaires recueillis. Cette collection propose des commentaires contemporains d'hommes d'affaires et d'analystes financiers, d'activistes de la consommation et de la société civile, d'historiens et d'un romancier, de dirigeants blancs et noirs, de démocrates et de républicains, dont les trois présidents républicains de la décennie, Harding, Coolidge et Hoover. Les sélections peuvent être réparties entre les étudiants pour la recherche et la discussion en classe. Dans quelle mesure les points de vue sur la « prospérité », ses causes et ses conséquences étaient-ils variés ? Dans quelle mesure les temps économiques étaient-ils sûrs ou fragiles ? (10 pages)

Caricatures politiques. Douze caricatures politiques sont présentées dans cette collection, provenant de quatre journaux à grand tirage (appartenant à des Blancs) et d'un journal appartenant à des Noirs. Ils couvrent les années 1919, lorsque la nation était embourbée dans la récession et les troubles d'après-guerre, jusqu'en 1928, lorsque la prospérité insoupçonnée semblait à la portée de quiconque avait du capital, de l'énergie et du bon sens. Quelles perspectives ont été présentées dans ces caricatures ? Quelles affirmations, recommandations, jugements et avertissements ? Complétez la grille d'analyse du dessinateur pour étudier les aspects visuels et symboliques des dessins animés. (13 pages)


Notre histoire

Notre agence a été fondée en 1871 par William Fuller et a ensuite été rachetée par Samuel Sherwood et William Cone. Cela a grandi avec eux pendant de nombreuses années et s'est poursuivi avec le fils de Sherwood, Malcolm. Raymond S. Redfield a ensuite ajouté l'entreprise à sa propre agence, ainsi que l'agence Oppenheimer qui avait commencé vers 1880.

En 1957, M. Redfield a invité l'agence Russell D. Chase et l'agence Arthur H. Clarke à fusionner sous le nom de Redfield, Chase & Clarke. En 1965, Robert W. Clarke rejoint l'agence. En 1966, l'agence a fusionné avec Robert A Stewart Sr., propriétaire de Lewis J. Stewart Insurance Agency, formant la Chase, Clarke, Stewart Agency.

Robert A. Stewart, Jr. a rejoint l'agence en 1973, et son frère James H. Stewart a suivi en 1980.

En juillet 1995, l'agence a fusionné avec Dan Fontana du R.J. Fontana Agency, formant Chase, Clarke, Stewart & Fontana.

En 2000, Chase, Clarke, Stewart et Fontana ont acheté la Mutual Insurance Agency de Springfield, Inc. dont l'origine remontait à 1827. Les propriétaires Andrew D. Hayes et Lisa F. Clewes sont devenus les directeurs de l'agence élargie.

En 2004, Chase, Clarke, Stewart et Fontana ont acheté la Lukas Insurance Agency de Springfield. Raymond A. Lukas est devenu associé de l'agence.

Raymond C. Beattie, Jr. a été producteur d'assurance commerciale à l'Agence de 2007 à mai 2014.

En janvier 2021, Mark Lambert, propriétaire de la Lambert & Pryor Insurance Agency d'Agawam et d'East Longmeadow, a fusionné avec Chase Clarke Stewart & Fontana Insurance de Springfield, MA. Les agences combinées ont des valeurs fondamentales similaires et un engagement fort envers leurs clients. Cette fusion a permis aux agences d'offrir une gamme plus large de produits d'assurance aux prix les plus compétitifs.

Comme le montre notre histoire, Chase, Clarke, Stewart & Fontana est l'une des plus anciennes et des plus grandes agences d'assurance indépendantes de la région. Nous sommes également la seule agence située en permanence au centre-ville de Springfield depuis sa création. Nous sommes attachés à la ville de Springfield et croyons en son avenir. L'agence offre une gamme complète de produits d'assurance personnelle et commerciale ainsi que des avantages sociaux et des services financiers.

Assurance automobile

Chase, Clarke, Stewart & Fontana Insurance propose des programmes d'assurance automobile commerciale compétitifs pour les petites et grandes expositions automobiles commerciales et tout ce qui se situe entre les deux.

L'assurance habitation

Économisez avec les programmes d'assurance habitation compétitifs de Chase, Clarke, Stewart & Fontana. Alors économisez encore plus en combinant votre maison et votre automobile personnelle avec notre agence!

Assurance d'entreprise

Chase, Clarke, Stewart & Fontana Insurance offre aux propriétaires d'entreprise une police d'assurance complète de biens et de responsabilité développée pour répondre aux besoins des petites, moyennes ou grandes entreprises.

Assurance spécialisée

Chase, Clarke, Stewart & Fontana Insurance propose une gamme complète d'assurances spécialisées complètes, y compris les fautes professionnelles médicales, les églises, les organisations à but non lucratif, etc.

Témoignages

“Peggy Marshall a été un plaisir absolu de travailler avec nous pour répondre à nos besoins en matière de couverture d'assurance ! Il y avait un certain nombre d'obstacles à franchir pour que nous puissions satisfaire la banque. Je tiens à remercier Peggy et toute votre équipe pour leur excellence professionnelle et leur approche centrée sur le client dans leur travail, c'est vraiment apprécié et rafraîchissant !

Nous achetons une propriété côtière et nous avions besoin de propriétaires et d'une assurance contre les inondations, tout le monde a été formidable pour rassembler les informations dont nous avions besoin, ils étaient formidables!

“Merci beaucoup pour toute votre aide… comme d'habitude, vous avez rendu le processus rapide et facile. Tu es le meilleur. ”

« J'ai eu un accident et j'ai vécu une expérience formidable et le processus s'est très bien déroulé. Merci de vous être occupé de tout !”

Chase Clarke Stewart & Fontana Insurance Agency, Springfield, MA © 2021. Tous droits réservés.


Stuart Chase - Histoire

Morris obtient sa première victoire sur le Stuart Speedway

Stuart, IA (23 juin) – 84 voitures de course ont fait l'appel au Stuart Speedway pour la soirée des premiers intervenants/vétérans/enfants présentée par Karl Chevrolet Stuart, Rolling Hills Bank & Trust et Casey's General Stores ! Les gagnants de la soirée étaient Bryan Morris, Brock Brock Badger, Chase Rudolf, Dan Kline, Owen Richards, Kaden Cochrun, Rick Clark et Luke Ramsey. Cliquez ici pour la suite de l'histoire !

Sachau, Murty et Purdy Dirt Duel Champions

120 voitures de course se sont enregistrées au Stuart Speedway pour la finale du Dynamic Drivelines Dirt Duel présentée par Sniper Speed, Karl Chevrolet de Stuart et Midstate Machine ! Les gagnants de la soirée étaient Ben Kraus, Jake Sachau, Dallon Murty, Jeremy Purdy et Chase Rudolf. Cliquez ici pour la suite de l'histoire !

Gagnants de la soirée de qualification VanWyk, Carter, Murty, Hollatz, Purdy, Richards DirtDuel

Mardi soir, 108 voitures de course et pilotes ont participé au Stuart Speedway pour le Dynamic Drivelines Dirt Duel présenté par Sniper Speed, Karl Chevrolet de Stuart et Midstate Machine ! Les gagnants de la soirée étaient Dylan VanWyk, Brayton Carter, Dallon Murty, Chanse Hollatz, Jeremy Purdy, Braden Richards, Braxton Wallace, Kaden Cochrun, Brayton Carter et Damon Murty. Cliquez ici pour la suite de l'histoire !

Dallon Murty, premier gagnant de Whole Hog 50

Lundi soir, 148 voitures de course et pilotes se sont rendus au Stuart Speedway pour la finale du Whole Hog 50 présentée par Van Eaton Pork, Excel Floor Covering, Fox Welding, Dirt Track Bank, Supreme Lawn & Landscape, Wreckers or Checkers Bar, Porters Ag Solutions, Ganoe Excavating , Sniper Speed, Becks, Ramsey Grinding, Coopérative du 21e siècle, Midstate Machine et Titan Machinery ! Les gagnants de la soirée étaient Logan Anderson, Troy Ihrke, Dallon Murty, Daniel Wauters et Todd Shute. Cliquez ici pour la suite de l'histoire !

Lemmens, Murty, Rust, Anderson, Kinderknecht et Masterson tous les gagnants de la soirée de qualification du porc

Dimanche soir, 128 voitures de course et pilotes ont participé au Stuart Speedway for the Whole Hog 50 présenté par Van Eaton Pork, Excel Floor Covering, Fox Welding, Dirt Track Bank, Supreme Lawn & Landscape, Wreckers or Checkers Bar, Porters Ag Solutions, Ganoe Excavating, Sniper Speed, Becks, Ramsey Grinding, Coopérative du 21e siècle, Midstate Machine et Titan Machinery ! Les gagnants de la soirée étaient Curtis Masterson, Justin Kinderknecht, Logan Anderson, Joel Rust, Dallon Murty et Luke Lemmens. Cliquez ici pour la suite de l'histoire !

Murty retrouve Victory Lane à Stuart

Mercredi soir, 100 voitures de course et pilotes se sont rendus au Stuart Speedway pour des courses hebdomadaires présentées par Avey Sanitation, Jason Cox Construction, Finish Line Body & Paint et Adair Parts & Service ! Les gagnants de la soirée étaient Kolby Sabin, Ben Kraus, Brayton Carter, Jeff Johnson, Dallon Murty, Tim Ward et Brandon Cox. Cliquez ici pour la suite de l'histoire !

Shute domine le mémorial de Durbin

134 voitures sont arrivées en ville un mercredi soir alors que le mémorial Jake Durbin présenté par Karl Chevrolet de Stuart, Stuart Herald, Town & Country Insurance et la Stuart Chamber of Commerce a eu lieu au Stuart Speedway! Les gagnants de la soirée étaient Nathan Kilwine, Josh May, Hunter Longnecker, Todd Shute, Damon Murty, Brandon Cox et Craig Furstenau. Cliquez ici pour la suite de l'histoire !

Nick Roberts remporte le mémorial Bill Davis

115 voitures ont rempli les stands par un beau mercredi soir alors que le Bill Davis Memorial présenté par Excel Floor Covering, APS Advanced Problem Solutions et Interstate Power Systems se tenait au Stuart Speedway ! Les gagnants de la soirée étaient Tyler Fiebelkorn, Matt McAtee, Kamdyn Haggard, Justin Kinderknecht, Cam Reimers, Nick Roberts, Dallon Murty, Tommy Killen Jr et Kolby Sabin. Cliquez ici pour la suite de l'histoire !

JESSE STOVALL REMPORTE LE LUCAS OIL MLRA SHOWDOWN

118 voitures ont rempli les stands rapidement mercredi soir alors que les derniers modèles de Lucas Oil MLRA sont venus au Stuart Speedway! Les gagnants de la soirée étaient Brayton Carter, Dallon Murty, Jesse Stovall et Shane DeVolder. Cliquez ici pour la suite de l'histoire !

IMCA FROSTBUSTER COMMENCE LA 60E SAISON AU SIS

Les moteurs ont pris vie mardi soir avec des pilotes de partout présents pour l'ouverture de l'IMCA Frostbuster au Stuart Speedway ! Les gagnants de la soirée étaient Brayton Carter, Dallon Murty, Cayden Carter, Bryan Vannausdle et Brandon Cox. Cliquez ici pour la suite de l'histoire !

Stuart Speedway nomme les champions de la piste 2020

Les coureurs et les fans ont eu droit à une grande finale de saison au Stuart Speedway pour le championnat XR Monday Night Spotlight Season Championship présenté par Jason Cox Construction, Big Load Trailer Sales, Anita Lumber, Zipps Pizza, Ag Hub Midwest, Shawn's Hay Grinding, Ganoe Excavating, Karl Chevrolet of Stuart, APS Advanced Problem Solutions et Town & Country Insurance. Cliquez ici pour la suite de l'histoire !

Berry poursuit sa série de succès au SIS

Des conditions spectaculaires et une piste de course parfaitement entretenue ont offert aux pilotes et aux fans une soirée de course parfaite au Stuart Speedway pour la soirée du Temple de la renommée présentée par Pitt's Lawn Service, Excel Floor Covering, VIP Contractors, Karl Chevrolet of Stuart, Affordable Quality Exteriors, Interstate Power Systems, Rolling Hills Bank, Coke Atlantic Bottling et Pie Five Pizza Cliquez ici pour la suite de l'histoire !

Ward visite Victory Lane au SIS

Stuart, IA (5 août) - Le beau temps et le ciel couvert ont offert aux pilotes et aux fans une soirée de course parfaite au Stuart Speedway pour la soirée Salute to Veterans and First Responders présentée par Wyfells Hybrids, Casey's General Stores, Motorsports Warehouse, Corning Rental, Spangler Automotive, Elite Electric, Big Load Trailer Sales, John's Tree Service et Wilson Welding. Cliquez ici pour la suite de l'histoire !

Carter poursuit sa série de succès au SIS

Les voitures ont repris vie au Stuart Speedway lors du vote du Temple de la renommée et de la Ladies Night présenté par Finish Line Body & Paint, Adair Parts & Service, Rick's Towing, Stuart Herald, Karl Chevrolet of Stuart, Avey Sanitation, Coke Atlantic Bottling, Rolling Hills Bank & Trust, Stuart Chamber of Commerce Night, Pie Five Pizza et Pitts Lawn Service. Cliquez ici pour la suite de l'histoire !

Kinderknecht remporte le mémorial Clint Walrod

118 voitures ont rempli les stands du Stuart Speedway pour le 9e mémorial annuel de Clint Walrod présenté par Supreme Lawn & Landscape, Avey Sanitation, Sauerman Trucking, Anita Lumber Company, John's Tree Service, Fox Welding, Karl Chevrolet of Stuart, DJ Septic Service et VIP Contractors Cliquez ici pour la suite de l'histoire !

Todd Shute domine Ron Little Memorial

Un record de piste 170 voitures ont rempli les stands à Stuart Speedway pour la 21e tournée annuelle Ron Little Memorial/Midwest Madness présentée par Ganoe Excavating, Rick's Towing, John's Tree Service, Karl Chevrolet of Stuart, Pole Position, AgHub Midwest, Big Load Trailer Sales , Interstate Power Systems, Ag Hub Midwest et entrepreneurs VIP. Cliquez ici pour la suite de l'histoire !

La tradition se poursuit au Stuart Speedway avec le 22e Ron Little Memorial annuel. 2000 $ vont au gagnant des IMCA Modifieds et 1000 $ vont au gagnant des Stock Cars IMCA. IMCA Sport Mods, Hobby Stocks, Sport Compacts et Outlaw Mini Mods seront également disponibles. Cliquez ici pour plus d'informations..

Morris obtient sa première victoire sur le Stuart Speedway

Bryan Morris, Brock Badger, Chase Rudolf, Dan Kline, Owen Richards, Kaden Cochrun, Rick Clark et Luke Ramsey ont été les grands gagnants de la First Responders/Veterans/Kids Night présentée par Karl Chevrolet Stuart, Rolling Hills Bank & Trust et Casey's General Stores Click ici pour les histoires et les résultats

Sachau, Murty et Purdy Dirt Duel Champions

Jake Sachau, Dallon Murty, Jeremy Purdy, Ben Kraus et Chase Rudolf ont été les grands gagnants de la dernière soirée de la finale de Dynamic Drivelines Dirt Duel présentée par Sniper Speed, Karl Chevrolet de Stuart et Midstate Machine Cliquez ici pour les histoires et les résultats


Pour voir ce contenu, veuillez continuer sur leurs sites.

Vous n'êtes pas abonné à Lexis Advance® ?
Abonnez-vous maintenant

Vous n'êtes pas abonné à la loi Bloomberg ?
Abonnez-vous maintenant

LexisNexis® et Bloomberg Law sont des distributeurs en ligne tiers de la vaste collection de versions actuelles et archivées des publications d'actualité juridique d'ALM. Les clients de LexisNexis® et Bloomberg Law peuvent accéder et utiliser le contenu d'ALM, y compris le contenu du National Law Journal, The American Lawyer, Legaltech News, The New York Law Journal et Corporate Counsel, ainsi que d'autres sources d'informations juridiques.

Pour toute question, appelez le 1-877-256-2472 ou contactez-nous à [email protected] .com


Voir la vidéo: Все лучшее, что не купишь за деньги. #аудиокнига. Жак Фреско